Articles contenant le tag orange

Les mots voyageurs – 3 – Orange

C’est dans les anciennes chroniques que j’ai découvert le nom que les Arabes donnaient autrefois à ce fruit: al-naranj. Un mot qui illustre mieux qu’un autre le rôle de passeur culturel qu’a joué leur civilisation. Issu de la langue persane, qui l’aurait elle-même emprunté au sanskrit, il désignait à l’origine l’orange amère, introduite en Europe vers le onzième siècle.

Lorsque les navigateurs portugais rapportèrent d’Asie, au quinzième siècle, certaines variétés à saveur douce comme celles que l’on consomme aujourd’hui, les Arabes baptisèrent le nouveau fruit bortoqal, “Portugal”; une appellation que l’on retrouve en turc, en géorgien, en bulgare, et en de nombreuses autres langues… y compris le persan, semble-t-il. Selon certaines sources, le mot usuel de ce fruit en Iran est à présent portoghal, mais mon vieux “Dictionnaire Khayyam” français-persan, qui date d’une cinquantaine d’années, parle encore exclusivement de narang. Il est possible que les deux appellations coexistent, comme en grec, où l’on dit portokali pour l’orange douce et nerantzi pour l’orange amère.

Naranja, laranja, taronja, arancia

La plupart des langues européennes ont gardé l’ancien nom, mais sous des formes différentes: les unes ont gommé le “n” initial; d’autres l’ont maintenu; d’autres encore ont échangé cette consonne contre une autre.

En français, le vieux nom était “norenge”; comme il était souvent précédé de l’article indéfini “une”, qui se termine par un “e” muet, – et que l’on prononçait donc “unnorenge” -, l’un des deux “n” devenait superflu, et il a fini par disparaître. Certains pensent aussi que cette évolution a été facilitée par le fait que le nouveau mot commençait par “or”, une syllabe d’autant plus valorisante que la couleur du fruit mûr évoque un peu celle du métal précieux. L’italien a connu une évolution similaire, passant de “narancia” à “arancia”. Quant au mot anglais, il semble avoir été repris tel quel du français.1

Dans la péninsule ibérique, le castillan a gardé le “n” initial. Dans “una naranja”, les deux “na” étaient distincts, et ils n’ont pas fusionné. Les Portugais disent “laranja”, de même que les Basques; les Galiciens disent “laranxa”- le “l” initial dans ces trois langues étant probablement un souvenir de l’article défini arabe dans “al-naranj”. Mais les Catalans disent “taronja”…

Ailleurs en Europe, le nom de l’orange a emprunté une toute autre piste. Se référant au pays d’origine de ce fruit, les langues germaniques l’appellent “pomme de Chine” – les Allemands “apfelsin”, les Néerlandais “sinaasappel”, les Suédois “apelsin”, etc.2  Le russe a suivi la même voie, avec “apelsin”.3

Il est vrai qu’avant de désigner un fruit précis, les mots “pomme”, “apple”, “apfel”, ont été des termes génériques pour désigner tous les fruits qui n’étaient pas des baies… En français, on dit encore “pomme de terre” ou “pomme de pin”; autrefois, on disait également “pomme d’or” pour la tomate, une idée qui s’est maintenue dans l’italien “pomodoro”. En arabe, les deux appellations existent; dans certains pays, tel le Liban, on parle toujours de pomme d’or, sous la forme “banadoura”; dans d’autres, notamment l’Egypte, on parle de tomate, sous la forme “tamatem”…

Mais je reviendrai sur ces différents termes dans des chroniques à venir.

  1. Consulter sur ce point, comme sur mille autres, l’excellent Online Etymology Dictionary, que je viens de découvrir, et qui est une véritable mine. []
  2. Une provenance que l’on retrouve dans l’appellation scientifique du fruit, “citrus sinicus”. []
  3. Karim m’apprend que dans le parler algérien, l’orange se dit “tchina”, ce qui semble également évoquer son origine chinoise. Origine qui est manifeste dans l’appellation d’une autre variété d’agrumes: la mandarine. []

, ,

16 commentaires