Articles contenant le tag écrivain

La porte de mon bureau restera… entrouverte

Un bureau mal rangéDes amis m’ont dit – les uns par écrit, les autres de vive voix -, que ce blog devrait être plus visible, et “mieux référencé”. A terme, oui, certainement; mais ce n’est pas ce que je souhaite dans l’immédiat. Mon premier article s’intitulait : “le blog, une liberté, une servitude” parce qu’avec ce merveilleux instrument, comme avec tout ce que la modernité nous apporte, les deux voies existent,et c’est seulement à l’usage que l’on découvre si l’on s’est engagé dans l’une ou dans l’autre.

Ceux qui me connaissent savent que j’écris dans le calme, la solitude, la sérénité, et que je m’éloigne autant que possible du brouhaha du monde. De ce fait, un blog est pour moi une expérience paradoxale. S’il devait envahir ma vie, empiéter sur le roman que je suis en train d’écrire, je n’aurais pas d’autre choix que de m’enfuir en courant. Mais ce n’est pas ce que j’ai l’intention de faire. Il suffit de voir le rythme auquel j’écris pour comprendre que l’expérience me plaît. Et que j’entends la poursuivre.

Parce qu’elle correspond à un besoin. Un besoin précis, que je cerne de mieux en mieux: ce que je voudrais faire, c’est entrouvrir la porte de mon cabinet de travail. Oui, entrouvrir, pour que des amis, en passant à côté, jettent un coup d’oeil, me fassent un petit signe discret, parcourent du regard quelques feuilles que j’aurais laissées là à leur intention, puis continuent leur chemin en se promettant de repasser plus tard.

Ne pas garder ma porte hermétiquement close, donc; mais ne pas m’installer non plus sur la place publique, portes et fenêtres ouvertes à tous les vents, mes papiers voletant dans tous les sens.

N’est-ce pas illusoire? N’y a-t-il pas une logique inhérente à “la Toile”,  et à laquelle nul ne peut échapper? Je ne le crois pas. Ce blog sera ce que j’en ferai, et ce que mes visiteurs m’aideront à en faire. Je souhaite que ce soit un espace de réflexion sur le monde à la fois fascinant et inquiétant où nous vivons, – par exemple sur “le printemps de Washington” – et je m’emploierai à en faire très précisément cela.

, ,

13 commentaires

Le blog, une liberté, une servitude

Quelques amis m’ont incité à tenir ce journal en ligne ; d’autres ont cherché à m’en dissuader.  Les uns m’ont expliqué qu’il fallait avoir de nos jours un espace où l’on puisse s’exprimer en toute liberté, en toute sérénité, réfléchir quelquefois à voix haute, suggérer à ses visiteurs la lecture d’un livre ou d’un article. Les autres m’ont prévenu que j’ouvrais ainsi une boîte de Pandore que jamais plus je ne pourrais refermer; que ce n’était point une liberté que je m’octroyais ainsi, mais une servitude. A ce “blog” je serais, disent-ils, enchaîné désormais pendant des heures chaque jour.  Au moment où je me jette à l’eau, je ne sais toujours pas à qui de mes amis je donnerai demain raison et à qui je donnerai tort. Cet outil me séduit et m’effraie à la fois, et je nourris encore l’illusion de pouvoir m’en servir sans me laisser asservir.

, ,

7 commentaires

sur l’auteur

Né à Beyrouth en 1949, Amin Maalouf vit en France depuis 1976.
Après des études de sociologie et d’économie, il entre au quotidien de langue arabe An-Nahar, et sillonne le monde pour couvrir de nombreux événements, de la chute de la monarchie éthiopienne à la dernière bataille de Saigon.
La guerre du Liban l’ayant contraint à émigrer, il s’installe à Paris, d’où il reprend son activité de journaliste, et recommence à voyager, du Mozambique à l’Iran, et de l’Argentine aux Balkans. Il devient directeur de l’édition internationale d’An-Nahar, puis rédacteur-en-chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique, avant de renoncer à toute fonction pour se consacrer à la littérature.
Ecrite en français, son œuvre est aujourd’hui traduite en plus de quarante langues. Elle comprend des romans, des essais, ainsi que des livrets d’opéra, notamment : Les Croisades vues par les Arabes (1983), Léon l’Africain (1986), Samarcande (1988), Les Jardins de lumière (1991), Le Premier siècle après Béatrice (1992), Le Rocher de Tanios (1993, Prix Goncourt), Les Echelles du Levant (1996), Les Identités meurtrières (1998), Le Périple de Baldassare (2000), L’Amour de loin (2001), Origines (2004), Adriana Mater (2006), Le Dérèglement du monde (2009).
Amin Maalouf a présidé, en 2007-2008, à la demande de la Commission européenne, un groupe de réflexion sur le multilinguisme, qui a produit un rapport intitulé Un défi salutaire. Comment la multiplicité des langues pourrait consolider l’Europe. Il est docteur honoris causa de l’Université catholique de Louvain (Belgique), de l’American University of Beirut (Liban), de l’Université de Tarragone (Espagne), et de l’Université d’Evora (Portugal).

____________________________________________________________________________

Amin dans son bureau

Amin dans son bureau

Ceux qui seraient intéressés par une biographie beaucoup plus détaillée pourraient lire l’entretien d’Amin Maalouf avec Egi Volterrani, son ami et traducteur en langue italienne. Il a été réalisé en décembre 2001.

____________________________________________________________________________

Quelques documents familiaux

1 – Un déjeuner champêtre en 1913.

La photo qui suit a été prise au Mont-Liban en 1913, vers le mois de septembre, dans le village de mes grands-parents, en un lieu de pique-nique appelé “khanouq”. L’auteur était un ami de mon grand-père, de la famille Sheban, émigré aux États-Unis et qui était revenu au pays avec un appareil photo. J’ai déjà mis ce document à la disposition de mes éditeurs, qui en ont reproduit des détails en couverture de mon livre “Origines”, en français d’abord, puis dans d’autres langues.

dejeuner-champetre-en-1913

(Des documents – textes ou images – retrouvés dans le fouillis de mes tiroirs, de mes dossiers, de mes étagères, sont publiés de temps à autre sur ce blog. Une manière de les faire revivre, et de les conserver. Ils sont rassemblés dans le dossier “Les tiroirs d’Amin).

, , ,

25 commentaires