Articles contenant le tag alcool

Les mots voyageurs – 1 – Alcool

alcools-photo-ziad-maaloufJ’ai, depuis longtemps, une passion pour l’origine des mots, notamment ceux qui franchissent les frontières entre les langues, entre les cultures, et que j’appelle les mots voyageurs.

Il y a, bien sûr, les mots d’origine orientale – arabes, persans, turcs, indiens ou autres – qui ont trouvé leur place dans les langues d’occident; il y a aussi les mots venus d’Occident, et qu’ont adoptés les Arabes, les Turcs, ou les Japonais; mais ceux qui m’intéressent le plus sont ceux qui ont circulé dans les deux sens.

Tel a été, par exemple, le destin du mot “alcool”. Nul ne sera surpris d’apprendre que dans le monde arabe, les boissons alcoolisées se disent « al-couhoul ».  On serait naturellement tenté d’en déduire que c’est ce mot qui a donné « alcohol » en anglais, et en français « alcool ». On aurait tort; tout porte à croire que c’est « al-couhoul » qui a été repris, tout récemment, des langues européennes.
Inutile, en effet, de chercher ce mot dans la littérature arabe classique. Les poètes anciens, comme les modernes, appréciaient ces boissons, et en parlaient souvent en termes extatiques. Mais jamais ils ne les ont appelés « al-couhoul ». Ce que le Coran déconseille ou interdit, et ce qu’il promet à ceux qui accèdent au Paradis, c’est le « khamr », un terme qui désigne aussi bien le vin que l’ensemble des boissons alcoolisées, et qui demeure d’usage courant ; alors que «al-couhoul» appartient surtout au vocabulaire administratif.
Cela dit, il est vrai que le mot « alcool » vient de l’arabe. Mais avec une tout autre signification, et par un long détour. “Al-kohl” désigne à l’origine la poudre d’antimoine qui sert à se farder, un sens qu’il a conservé dans le langage courant, et qui a été repris dans certaines langues occidentales, en français sous les formes “khôl”, “kohl” ou “kohol”, en anglais sous la forme “kohl”. Lorsque les médecins soumettaient cet antimoine à de fortes chaleurs, il produisait un nuage de poudre fine. Le passage direct de l’état solide à l’état gazeux sans passer par l’état liquide est appelé sublimation. Le gaz produit par cette opération fut appelé “alcohol”, un terme qui devint synonyme d’esprit, au sens d’esprit du vin, ou de spiritueux. Peu à peu, vers le seizième siècle, ce mot finit par désigner l’ensemble des boissons produites par distillation, puis l’ensemble des boissons alcoolisées; et c’est avec ce sens – qui n’a plus rien à voir avec le “kohl” initial – que le mot est revenu vers le monde arabe, sans doute au dix-neuvième siècle, pas avant.

Ce n’est là qu’un premier exemple du “va-et-vient” que pratiquent les mots voyageurs. Je me promets d’en évoquer quelques autres dans des chroniques à venir.

, ,

11 commentaires