Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

ses lecteurs

Sur cette page on pourra trouver ce qui a été dit à propos d’Amin Maalouf et de ses écrits par des journalistes, par des chercheurs universitaires comme par d’autres lecteurs.

Les visiteurs de ce blog qui souhaiteraient laisser un témoignage pourront le faire sur cette page. Après avoir été visés par un modérateur, conformément aux lois en vigueur et à la “néthique” (Charte de bonne conduite générale : éthique et civilité du blog), ces messages seront inscrits sur notre Livre d’or.

CETTE PAGE EST EN CONSTRUCTION

  1. #1 by Karim Bouamama on 25 février 2011

    Chère Mme l’administratrice,

    J’oubliais… Bienvenue !

    Karim.

  2. #2 by meryem on 26 mai 2011

    سلام الله عليكم
    je viens de recevoir comme cadeau un livre que je feuillette avec amour LE DéR7GLEMENT DU MONDE
    c’est un livre à apprendre par cœur j’ai lu mais pas intégralement Samarcande les écrivais tel AMIN MAALOUF est une fierté pour le monde arabe
    ce-dernier qui a déserté la lecture et toute appartenance .
    بارك الله فيكم

  3. #3 by meryem on 26 mai 2011

    meryem :
    سلام الله عليكم
    je viens de recevoir comme cadeau un livre que je feuillette avec amour LE DéRèGLEMENT DU MONDE
    c’est un livre à apprendre par cœur j’ai lu mais pas intégralement Samarcande les écrivains tel AMIN MAALOUF est une fierté pour le monde arabe
    ce-dernier qui a déserté la lecture et toute appartenance .
    بارك الله فيكم

  4. #4 by lahousse on 21 juin 2011

    Monsieur,
    je termine la lecture “le dérèglement du monde”.
    Merci!
    Je suis psychopédagogue à Bruxelles et forme des instituteurs primaires en Belgique depuis bien longtemps .
    J’ai trouvé écho à mon désir important d’oeuvrer au rapprochement des cultures. (je m’arrêterai officiellement de travailler dans 4 ans)
    Je voudrais le faire par le biais des contes, des histoires.
    Faire des lectures “enfantines” en français mais aussi, en d’autres langues, au même public, et mettre ainsi leurs ressemblances en évidence.
    Je voudrais aider les papas, les mamans à (re)trouver le plaisir de raconter ou de lire une histoire aux enfants. Je voudrais éloigner les enfants des “antennes satellites” qui les empêche aujourd’hui d’encore apprendre le français hors de l’école dans certains quartiers.
    Mais il faut pour cela faire venir les parents, les deux parents (cela, j’y tiens)…et raconter des histoires…en français et dans leur langue maternelle.
    J’ai l’impression que je dois leur (dé)montrer que je ne suis pas “dangereuse”, même en tant que “femme libérée” ;)
    Nous avons des points communs, tous. Les histoires enfantines sont un bon vecteur pour les faire entendre.
    Je voudrais votre avis, je voudrais que vous m’aidiez à croire que je pourrai agir dans ce sens.
    Avec qui puis-je m’associer pour choisir de bonnes histoires? une association, basée sur une telle idée (à développer) est-elle réaliste? Je suis prête à consacrer du temps pour développer une initiative culturelle éducative forte.
    Je vous remercie encore pour le plaisir reçu en vous lisant.
    Anne Lahousse

  5. #5 by Jean-Claude Porte on 23 juin 2011

    Madame,

    J’ai beaucoup lu avec passion les livres de Mr Maalouf qui sont d’une richesse peu égalée et l’obtention du siége Claude Lévi-Strauss à l’Académie Française est largement méritée.
    Veuillez lui transmettre toutes mes félicitations.
    Sincèrement.
    Jean-Claude Porte

  6. #6 by Ronald Barakat on 10 juillet 2011

    Bonjour,

    Je vous prie de bien vouloir transmettre à M. Maalouf le lien ci-dessous d’un article de félicitations à l’académicien et d’interpellation du militant de la “littérature-monde en français”.
    Je vous saurais par ailleurs gré de m’indiquer l’adresse postale personnelle de M. Maalouf afin que je puisse lui envoyer mes recueils de poèmes dédicacés, dont vous pourriez avoir un aperçu en visitant mon blog (www.ronaldbarakat.com).

    Avec mes salutations distinguées.

    Ronald Barakat

    http://s358485293.onlinehome.us/le-militant-et-lacademicien/

  7. #7 by makhloufi y. on 16 juillet 2011

    merci infiniment pour vos écrits, votre réflexion, votre regard sur le monde. en vous souhaitant une bonne santé inchallah.

  8. #8 by Ronald Barakat on 13 août 2011

    Le commentaire ci-dessus est en attente de modération depuis le 10 juillet!

  9. #9 by Alexandra PIC on 9 octobre 2011

    Cher Monsieur,
    je tenais à vous dire le plaisir que j’ai eu hier, à voir sur scène au Théâtre 13 sur Paris, “Ossyane”, l’adaptation des Echelles du Levant. J’ai pour vous une grande admiration, à la fois pour le fond et la forme de vos écrits. La mise en scène et les comédiens sont à la hauteur de votre travail et apportent poésie, tendresse et folie à travers de magnifiques tableaux. Je sais que vous n’avez pu vous y rendre. Ils vous font honneur. Amicalement. Alexandra PIC

  10. #10 by ahmed on 14 novembre 2011

    السلام علييكم سيدى الفاضل اميين معلوف ….لقد فضلت ان لاكتب لك بالعربيةحسث انها تمثل لك حنينك المستمر الى لبنان….اما مصرى و اننى اعد الان رسالة الماجستير ولقد اعجبت بكتابكم ليون الافريقى حتى قررت ان اقوم باعدادرسالة الماجستير عن تعددالهويات و الثقافات فى هذا الكتاب الموقرمن اجل التسامح الدينى والانسانى….ارجو ان تقرء هذة الكلمات و ساكون فى منتهى السعادة اذا وجدت رد على بريدى الالكترونى حيث اننى ساحتاج مرارا وتكرارا لراى سيادتكم….احمد..مصر
    ahmed_alsun2003@yahoo.com

  11. #11 by NASSIF Stéphanie on 25 novembre 2011

    Bonjour M. Maalouf,

    Je tiens à vous remercier pour tous les livres que vous nous offrez. C’est à chaque fois un plaisir de vous lire ! Votre dernier ouvrage, “le dérèglement du monde”, est tout particulièrement réussi ! Ayant moi-même la double culture France – Liban, je retrouve à travers vos écrits un regard d’ouverture sur les deux mondes, l’Occident et l’Orient, et la volonté d’une compréhension difficile à établir. Je suis moi-même écrivain (débutant), j’ai publié un roman sur l’Egypte, un autre sur le Liban (parution à venir) et je travaille actuellement sur un troisième. Ma volonté est toujours la même : témoigner de l’importance de la diversité culturelle, de la nécessité de la différence, de l’apprentissage du respect de l’autre. Je souhaite transmettre mon expérience (je vis actuellement au Liban) et ouvrir le regard et le coeur des lecteurs sur les dérèglements actuels de notre société, où la différence est vue comme une faiblesse et non plus comme un atout.

    Sincèrement,

    Stéphanie NASSIF

  12. #12 by DJAZIA on 7 mars 2012

    J’ai aimé la lecture, j’ai appris le vrai sens de l’amour et de la passion grâce à Amin.
    C’est un grand homme et un grand écrivain.
    Trés heureuse d’être tombée un jour et par hasard sur son livre.
    Merci cher monsieur.

  13. #13 by Augustin on 8 mars 2012

    Cher M. Maalouf, et admirateurs de son oeuvre,
    Je ne suis pas un habitué des blogs, mais en découvrant celui-ci je ne peux m’empêcher de laisser à mon tour un message, tant la lecture de l’oeuvre m’a comblé, rassuré et stimulé. Enfin, avec les identités meurtrières puis le dérèglement du monde, une lumière pour vivre ensemble, pour sortir du tunnel par la bonne porte. Et puis l’idée que seuls les arbres ont des racines, et les hommes des pieds pour parcourir les routes, est tellement puissante, éclaire ce qu’est être humain, une idée fraîche.
    Bravo, merci, et encore si possible. Je prie pour votre rétablissement.
    Augustin

  14. #14 by chaouch Zineb on 22 mars 2012

    Bonjour!Certes , je suis une grande fan de vos écrits car tout ce que vous abordez m’interpelle . C’est pourquoi j’ai choisi comme sujet de thèse la problématique suivante : l’image de soi dans l’œuvre de amine maalouf identités meurtrières et origines mais j’ai cependant des difficultés car l’une est analyse et l’autre est roman . Qu’en pensez-vous?

  15. #15 by fatima azouz on 29 mars 2012

    Monsieur Maalouf,

    Je tenais à vous féliciter pour votre écriture, votre manière de penser. Merci de me laisser croire que le Monde pourrait être meilleur si les hommes se donnaient la peine de penser comme vous. J’ai lu plusieurs de vos livres et je viens de finir les Identités meurtrières et vraiment je pense qu’il devrait être étudié durant la scolarité car il est impressionnant de vérité, réalité et en même temps si simple (à mes yeux) d’évidence.

    Merci encore

  16. #16 by François Baertschi on 7 avril 2012

    Bonjour,

    Les Verts de Genève aimeraient associer M. Maalouf à une réflexion sur le thème de l’”ouverture au monde”. M. Maalouf a-t-il l’intention de venir à Genève ce printemps ) ou cet automne ? Une conférence avec ateliers serait intéressante.
    Merci de votre retour
    F.Baertschi

  17. #17 by Maalouf Ghassan on 16 juin 2012

    Cher Amin,
    J’ai honte,
    J’ai honte, j’ai immensément honte, mais en même temps je suis immensément fier.
    J’ai honte de moi parce que je n’ai pas pu ou je n’ai pas su garder et agrandir la formidable amitié entre nos deux familles. Cette amitié qui est née dans les moments les plus difficiles pour nous deux selon la particularité du vécu de chacun de nous.
    L’accumulation des occasions manquées pour reprendre contact avec toi, après la succession de tes réussites littéraires qui ont marqué mon esprit et marqué l’Esprit tout court, cette accumulation m’a rendu encore plus honteux alors que j’ai eu l’occasion de commenter certaines de tes réussites littéraires. Cette honte qui s’est développée dans ma pensée au fil des jours, des mois et des années, m’a toujours empêché psychologiquement de reprendre contact avec toi pour raviver cette amitié que j’ai toujours enfoui en moi sans pouvoir agir, comme si j’étais paralysé corps et pensée.

    Cher Amin,
    Je suis immensément fier de toi, non seulement, bien entendu parce que tu as réalisé l’extraordinaire, mais plus encore parce que tu es resté toi-même humble, et cela n’est pas la qualité de tous les grands.
    Je suis immensément fier parce que ton coeur est tellement grand d’amour et de gentillesse, qu’il n’y a aucune place pour la haine.
    Je suis immensément fier, parce que chacun de la grande famille Maalouf est fier à son tour de dire qu’il est ton cousin, et chaque Libanais peut dire qu’il est fier parce que toi tu l’es. Chaques Libanais, chaque individu qui a lu ton oeuvre se reconnaît en toi et aimerait bien aller contempler et s’asseoir sur le rocher de Tanios.

    Cher Amin,
    Avec mes mots simples je peux t’écrire encore de longs textes sans pouvoir exprimer mes sincères sentiments envers toi et ta famille.
    J’ai vécu dans des conditions professionelles particulièrement difficiles, je travaillais la nuit pendant une très longue période. Le résultat était de passer par de longues années de maladie qui necessitaient d’innombrables hospitalisations. J’ai perdu mes reins, ce qui m’a fait subir de très longues années de dialyse. Tout cela m’a empêché de mener une vie sociale normale avant d’être enfin greffé.
    Bien entendu, je ne cherche pas à justifier l’injustifiable et si je regrette le temps perdu je ne perd pas l’espoir pour l’avenir.
    Crois-tu qu’on peut encore se retrouver autour d’une table pour manger une fondue ?
    Je te demande pardon.
    Ghassan Maalouf

    e-mail : ghassan.maalouf@dbmail.com
    téléphone portable : 0628783438

  18. #18 by Maalouf Ghassan on 16 juin 2012

    Maalouf Ghassan :
    Cher Amin,
    J’ai honte,
    J’ai honte, j’ai immensément honte, mais en même temps je suis immensément fier.
    J’ai honte de moi parce que je n’ai pas pu ou je n’ai pas su garder et agrandir la formidable amitié entre nos deux familles. Cette amitié qui est née dans les moments les plus difficiles pour nous deux selon la particularité du vécu de chacun de nous.
    L’accumulation des occasions manquées pour reprendre contact avec toi, après la succession de tes réussites littéraires qui ont marqué mon esprit et marqué l’Esprit tout court, cette accumulation m’a rendu encore plus honteux alors que j’ai eu l’occasion de commenter certaines de tes réussites littéraires. Cette honte qui s’est développée dans ma pensée au fil des jours, des mois et des années, m’a toujours empêché psychologiquement de reprendre contact avec toi pour raviver cette amitié que j’ai toujours enfoui en moi sans pouvoir agir, comme si j’étais paralysé corps et pensée.
    Cher Amin,
    Je suis immensément fier de toi, non seulement, bien entendu parce que tu as réalisé l’extraordinaire, mais plus encore parce que tu es resté toi-même humble, et cela n’est pas la qualité de tous les grands.
    Je suis immensément fier parce que ton coeur est tellement grand d’amour et de gentillesse, qu’il n’y a aucune place pour la haine.
    Je suis immensément fier, parce que chacun de la grande famille Maalouf est fier à son tour de dire qu’il est ton cousin, et chaque Libanais peut dire qu’il est fier parce que toi tu l’es. Chaques Libanais, chaque individu qui a lu ton oeuvre se reconnaît en toi et aimerait bien aller contempler et s’asseoir sur le rocher de Tanios.
    Cher Amin,
    Avec mes mots simples je peux t’écrire encore de longs textes sans pouvoir exprimer mes sincères sentiments envers toi et ta famille.
    J’ai vécu dans des conditions professionelles particulièrement difficiles, je travaillais la nuit pendant une très longue période. Le résultat était de passer par de longues années de maladie qui necessitaient d’innombrables hospitalisations. J’ai perdu mes reins, ce qui m’a fait subir de très longues années de dialyse. Tout cela m’a empêché de mener une vie sociale normale avant d’être enfin greffé.
    Bien entendu, je ne cherche pas à justifier l’injustifiable et si je regrette le temps perdu je ne perd pas l’espoir pour l’avenir.
    Crois-tu qu’on peut encore se retrouver autour d’une table pour manger une fondue ?
    Je te demande pardon.
    Ghassan Maalouf
    e-mail : ghassan.maalouf@dbmail.com
    téléphone portable : 0628782438

  19. #19 by Fatima Abdo on 1 juillet 2012

    Bonjour,

    Je veux juste passer le bonjour à un grand écrivain que je suis en train de découvrir (j’ai lu 3 de vos livres: Samarcande, Les croisades vues par les Arabes et Le rocher de Tanios).

    Je ne suis pas doctorante ni professeure, je suis une jeune étudiante libanaise en médecine en France qui écrit des nouvelles en arabe.

    Merci.

    A travers vos livres, et sans le savoir, j’apprends comme écrire, comment vivre à travers mes mots.

    Merci.

  20. #20 by Yassine on 5 juillet 2012

    Les mots d’Amine Maâlouf sont un milieu parfait entre la littérature et la recherche historique et c’est ce qui rend ses écrits passionnants en permanence.
    Il ose poser des questions là où personne n’a posé les siennes et pousse ses lecteurs à réfléchir par eux-mêmes en ne leur présentant que des faits, de façon à faire travailler sa matière grise.
    De manière globale, il s’exprime sous la bannière de la liberté de penser et inspire un respect sans précédents.

  21. #21 by kévin grégoire on 13 juillet 2012

    Monsieur Maalouf, je n’ai pas fais beaucoup d’études, j’ai par contre beaucoup lu.Par là je souhaite vous remercier pour ce que vous avez pu m’apporter en ce qui concerne la magnifique, poètique et philosophique relation que vous faites du monde Arabe. En effet, c’est beau, on apprend mais surtout on rève, on vie et on voyage;tout comme vos personnages (Léon, Ossyane, Tanios, Omar Khayyam…).Ces hommes symbolisent (plus encore Saladin le sage guerrier) la grandeur du peuple Arabe.J’aimerais à ce titre vous conseiller grandement la lecture de “Le manuscrit secret du Nil” par Guy Rachet et Soliman Khatab dont, j’ose ésperer, vous me direz des nouvelles;sinon, prenez-y le meme plaisir que celui que nous procurent vos oeuvres.
    Avec toute mon admiration; merci: Kévin Grégoire

  22. #22 by kévin grégoire on 13 juillet 2012

    kévin grégoire :
    Monsieur Maalouf, je n’ai pas fais beaucoup d’études, j’ai par contre beaucoup lu.Par là je souhaite vous remercier pour ce que vous avez pu m’apporter en ce qui concerne la magnifique, poètique et philosophique relation que vous faites du monde Arabe. En effet, c’est beau, on apprend mais surtout on rève, on vie et on voyage;tout comme vos personnages (Léon, Ossyane, Mani, Tanios, Omar Khayyam…).Ces hommes symbolisent (plus encore Saladin le sage guerrier) la grandeur du peuple Arabe.J’aimerais à ce titre vous conseiller grandement la lecture de “Le manuscrit secret du Nil” par Guy Rachet et Soliman Khatab dont, j’ose ésperer, vous me direz des nouvelles;sinon, prenez-y le meme plaisir que celui que nous procurent vos oeuvres.
    Avec toute mon admiration; merci: Kévin Grégoire

  23. #23 by Dino on 13 septembre 2012

  24. #24 by villars claude on 23 septembre 2012

    Lire
    D’Amin Maalouf ‘’Les Désorientés’’. Un gros livre : 520 pages. Un bon livre, quand on a commencé à le lire, on ne le lâche plus jusqu’à la fin. Sous prétexte d’une réunion entre anciens amis, avec des senteurs tenaces d’auto-fiction, ce sont les grands problèmes du monde qui sont traités. Avec courage, lucidité et souci de vérité. Les grands problèmes ce sont la guerre, la religion, le couple. Le couple, Anthony me demandait dimanche de lui expliquer ce que c’était, je lui ai répondu, ce sont des Newton*mètre, une force qui agit au bout d’un bras de levier pour faire tourner un axe. Dans le livre le problème du couple c’est celui de l’homme qui cherche une femme, de la femme qui cherche un homme, des deux qui se mettent ensemble, pour toujours ou pour un temps plus court. Un problème vieux comme le monde, qui se vit quotidiennement à des milliards d’exemplaires, mais vu dans la philosophie du ‘’Zeitgeist’’. L’esprit du temps ou la force des choses. La réalité au 21è siècle. Au-delà du jeu des hormones, du moins on le croit. Lisez le livre. En plus l’absurdité des guerres et le fanatisme des religions ou encore pire, les deux ensemble. Des gens qu’on tue ou qui se font tuer pour rien.
    En arrière-plan, comme l’accompagnement d’une mélodie, le rôle des maisons. De belles et vieilles maisons dans la montagne, entourées de jardins. Des terrasses avec vue sur la plaine.
    Un livre où je me retrouve.
    J’oubliais : encore un thème bien traité, qui me touche de près, celui de l’émigration. Le pays où l’on aime vivre n’est pas celui qui a le plus grand passé, mais celui qui a le plus grand avenir. C’est Thérèse et moi en 1954 partant pour l’Amérique, l’Amérique des Bell Labs, l’Amérique du dollar à 4.30 francs suisses, l’Amérique pour vivre librement. Après six ans d’Amérique, la question se repose : quel avenir ? Des études universitaires qui coûtent cher, des enfants avec une mentalité américaine, la Suisse redevient le pays de notre avenir. Pour Maalouf, la même chose : le Liban ou la France, ou l’Amérique pour les juifs du Liban, chercher un avenir ailleurs et en même temps un désir d’aider son pays. Difficile à notre époque de régression et de fanatisme. En Suisse, tous les noirs qui voient notre pays comme le pays de leur avenir, mais la Suisse n’est pas assez grande pour les accueillir tous.
    Un livre vraiment ‘’complet’’ puisqu’on y trouve tous les vrais problèmes, ceux du monde et ceux de l’existence. Le problème de l’existence : quoi faire de sa vie, quoi faire de son temps quand on peut en disposer librement, quand on a plus besoin de travailler pour se nourrir ? Deux amis, leurs prénoms commencent tous les deux par ‘’Z’’ alors que le narrateur lui a un prénom qui commence par ‘’A’’, Adam, l’homme. Deux amis tous les deux ingénieurs. Le premier, entrepreneur devient riche à millions, le second se fait moine et renonce au monde. Visite au couvent, une dizaine de moines, un parcours de dalles blanches et noires, parcours propice à la méditation. Choisir de passer sa vie à prier et méditer. C’est quoi méditer ? ça sert à quoi de prier ? Sept fois par jour, toutes les trois heures avec une exception pour dormir, la cloche réveille les moines pour qu’ils se rendent à la chapelle et ainsi se passe leur vie. Est-ce un bon choix que de passer son temps à écrire des ‘’réflexions’’ ? D’autres vont se promener sur de grosses motocyclettes, d’autres vont surfer sur les vagues de l’Atlantique, etc.
    Et encore : ‘’Les Identités meurtrières’’, dans le même pays des communautés différentes qui vivent côte à côte. Au Liban, chrétiens, musulmans, juifs, en Suisse. Suisses allemands, Romands, Tessinois. Des identités qui peuvent vivre en paix en se complétant ou au contraire se faire la guerre. Au Liban la guerre n’en finit pas, en Suisse il y a eu la guerre du Sondrebon (Sonderbund 1847-1848, voir prochain paragraphe), une guerre heureusement ‘’à la suisse’’. Défendre les différences. Viendra le temps d’un triste monde uniformisé, buveur de Coca-Cola, de viande hachée, de crème à la glace. Aujourd’hui à l’américaine, demain à la chinoise.
    Et encore : la force du Destin. Le hasard, l’événement imprévu. Dans ‘’les désorientés’’, c’est l’accident de voiture qui tue brutalement, qui rend impossible la réunion des anciens amis. Plus généralement, nous sommes tous exposés à l’imprévu, à l’accident qui modifie les gènes, qui a marqué l’évolution des dinosaures jusqu’à nous.
    Finalement le titre : ‘’les désorientés’’ : un monde qui a perdu son orientation, pas seulement le groupe des anciens amis. Mais y a-t-il eu jamais une orientation ? ‘’Liberté, égalité, fraternité’’. ‘’Despotisme, inégalité, égoïsme’’. Planète 2012. Mais ça n’excuse pas qu’il faille quand-même lutter, comme Mère Teresa ou le Docteur Schweitzer.

  25. #25 by Cankaya on 21 octobre 2012

    Bonjour,
    Je viens d’écouter l’entretien de M. Maalouf lors de l’émission de cosmopolitaine sur France Inter. J’ai une question à lui poser.
    Je suis en traîne de lire ‘les Origines” . Originaire d’Istanbul, ayant des ancêtres très variés, je vis en France depuis longtemps. Je partage la plupart de ses impressions. Sa vision lucide de l’empire Ottoman et surtout avant l’explosion de nationalisme, la description du sentiment d’être citoyen d’un empire (en trotte son grand père Butros), l’accent qu’il met sur le fait que des divers peuples vivaient en paix durant plusieurs siècles m’avait fait réfléchir.
    Alors, je suis étonnée lors de l’entretien avec Mme Jacques, ils utilisaient pour la même vision de voir les choses, l’expression de « la civilisation byzantine » en plusieurs reprises. Je voudrais savoir qu’est ce qu’il voit de différant depuis 2004, entre être le ‘tebaa’ de l’empire ottoman ou vivre sous l’empire byzantin, concernant la cohabitation des communautés dans des villes qu’il citait, Beyrout, Izmir, Istanbul etc…
    Certes la question est vaste. Mais je serai heureuse s’il arriverait à la lire ou encore, quel bonheur s’il allait me répondre.
    Bien à vous,
    Canan Cankaya

  26. #26 by Schleiden on 31 octobre 2012

    Bonjour Amin Maalouf,

    Je suis Claude Sainnécharles, écrivain-poete de nationalité haitienne.
    Je vous écris pour vous témoigner comment vous m’avez touché profondement avec le roman, les jardins de lumiere. Je ne cesse pas d’en méditer de temps en temps. Les mots me manquent pour expliquer l’impact que ce roman à fait en moi.

    Je n’oublierai jamais de vous avoir lu. Je vais chercher tous vos roman afin de les lire tous!
    Je pense à Michel Serre qui dit un auteur est celui qui vous augmente, qui vous fait grandir.
    Vous me faites grandir! Je vous garde jalousement avec beaucoup de gratitudes.

    Cordialement, Claude Sainnécharles.

  27. #27 by Wilmer Sanchez on 1 novembre 2012

    Bonjour Amin! (avec tout le respect “y el cariño” qui m’empêchent de vous appeler monsieur tout en conservant le vouvoyement),

    Je m’appelle Wilmer.
    Suis d’origine vénézuelienne mais j’ai vécu 20 ans à Genève.
    J’écris depuis La Havane, où j’enseigne le français à l’Alliance depuis deux ans.
    Je connais vos livres depuis plusieurs années, “Le premier siècle après Béatrice”, “Les jardins de lumière” et “Origines” m’ont particulièrement touché. Concernant ce dernier, c’est votre lien à Cuba qui m’a poussé à vous écrire. En effet, je voudrais que si le vent intérieur vous le suggère, vous partagiez votre expérience d’écrivain à l’Alliance Française de la Havane dans un futur probable. Si vous est partant pour ce projet, il suffit de m’y répondre et j’en parlerai personnellement aux responsables de l’Alliance Française.
    En deuxième lieu -et ceci est personnel- je me mets à votre disposition si vous souhaitez communiquer un message par email à une personne de votre famille (vous connaissez la difficulté matérielle et technologique du pays), ou bien la traduction d’un message à l’espagnol pour le transmettre ensuite à la personne souhaitée.

    Voilà pour quelques idées que j’espère illumineront d’une certaine manière votre esprit!
    J’espère que votre santé actuelle et plus qu’excellente!!

    À bientôt, je le souhaite!

    Avec un sourire plein de sympathie, Wilmer.

  28. #28 by camille mac on 13 novembre 2012

    bonjour,j’aimerais savoir quel est le peintre dont l’oeuvre est reproduite sur la couverture des “desorientés” d’amin maalouf, en vous remerciant camille mac

  29. #29 by Association pour la Protection du Patrimoine Libanais on 13 novembre 2012

    cher monsieur, nous sommes une fondation non gouvernementale libanaise qui oeuvre pour la preservation du patrimoine libanais. recement, en apprenant quel serait le sort réservé a la maison de votre enfance, au liban, notre association, APPL, representée par mr raja noujaim, s’etait attelée à la tache de pourparlers pour freiner le projet de demolition de la maison maalouf à badaro; la presidente de APPL etant de passage à paris pour mercredi 14 et jeudi 15 novembre, ce serait une occasion inesperée de pouvoir vous contacter par telephone ou personellement pour en parler plus sur ce sujet; le cas échéant, nous demeurons joignables sur les e mails et numeros de telephone mentionnés sur notre site; dans l espoir d oeuvrer avec vous sur la preservation de notre patrimoine, nous vous addressons nos sentiments les meilleurs

    josef haddad
    secretaire et co-fondateur
    APPL

  30. #30 by Florence Grégoire on 26 novembre 2012

    Bonjour,
    Je voyage actuellement en compagnie d’Adam, de Sémiramis, Naïm et leurs amis. C’est un voyage étrange pour moi. Je n’ai connu le Liban qu’à travers les yeux d’un homme avec lequel j’ai vécu presque 4 années. Je crois que notre histoire n’a pas eu d’avenir parce que son pays et sa famille lui manquaient. Il était tiraillé entre deux pays, deux cultures. Aujourd’hui, 20 ans après, nous nous retrouvons par le biais des réseaux sociaux. Je suis mal à l’aise avec cette technologie et pourtant je suis heureuse qu’elle existe pour permettre à des amis de se retrouver. Nous ne sommes pas, comme Adam et ses amis, dans la possibilité d’évoquer TOUT notre passé. Les blessures, pour le moment, n’ont pas encore la parole.
    Mais ce roman me parle, m’émeut tout particulièrement. J’ai conseillé à mon ami de le lire. Il y retrouvera peut-être un peu de nous et sans doute beaucoup de lui.
    Je ne saurais jamais trop vous remercier pour ces mots qui m’offrent de bien beaux voyage. Voyage dans le temps, mais aussi dans les émotions, et sans doute plus étrangements, un retour vers mon pays… Je suis française, née en France et j’y ai toujours vécu mais… ce qu’elle devient, je ne le comprends pas. Certains matins, j’ai l’impression de me réveiller en terre étrangère. Moi qui n’ai pas connu l’exil, comme puis-je me sentir étrangère, parfois, dans mon propre pays ? C’est un peu de l’histoire d’Adam qui vibre en moi. Merci de mettre vos mots au service des émotions des autres.
    J’ai toujours été transportée bien loin d’ici grâce à vos livres. Mais Les désorientés a une saveur toute particulière. Merci au nom de tous ceux qui ont parfois peur de retrouver “d’anciens amis”.
    Florence

  31. #31 by Cédric Tineo on 13 décembre 2012

    Monsieur Maalouf – vous êtes mon auteur préféré, je dévore et re-dévore tous vous ouvrages et je voyage à travers époques, cultures et paysages en votre compagnie. Inlassablement !

    J’ai acheté tous vos ouvrages en version ‘papier’ et aussi une nouvelle fois en version ‘kindle’ sur Amazon pour les avoir dans mon iPad et ma liseuse Kindle.

    Vos livres en version Kindle sont truffés d’erreurs de scannage. Mots déformés, ponctuations qui partent dans tous les sens – guillemets et double guillements qui s’affichent “&lt>”. Même le nom des personnage sont déformés, Tanios devient parfois Tanbs quand le scanner de l’éditeur a eu envie de fusionner ensemble le i et le o.

    De la littérature sans respect pour les lettres, les mots et les phrases c’est comme un boulanger qui n’ayant aucun respect pour les ingrédients, confondrait farine et plâtre pour vous accuserait ensuite de n’avoir aucun goût !

    Faites quelque chose je vous en prie. Que l’éditeur ait la décence de faire relire les textes scannés avant de les proposer à la vente en version électronique sur Amazon. Engager quelques étudiants en lettre pour nettoyer les erreurs de scannage ne prendrait que quelques heures et aurait un coût négligeable. Le respect de l’oeuvre, de l’auteur et des lecteurs mérite bien cela !

    Dans l’espoir que mes mots atteindront une oreille bienveillante qui considère aussi que le texte – qu’il soit sur papier ou sur écran – mérite le même respect – et que ces ouvrages électroniques doivent être mis à jour.

    Avec respect,

    Cédric Tineo

  32. #32 by Christian Homsy on 21 janvier 2013

    Cher Monsieur Maalouf,

    J’ai reçu à Noël votre dernier ouvrage “Les Désorientées”. J’ai une dizaine d’années de moins que vous, mais tous mes cousins ont vécu le même exode que le vôtre, et on connu également les mêmes temps bénis que ceux que vous citez. Notre famille est également une famille libanaise d’Egypte. J’ai du moi même m’exiler en 1981 pour poursuivre mes études en Belgique. Vous décrivez tellement bien ces notions d’identités, mais ce n’est qu’à travers votre dernier ouvrage que j’ai appris (à 54 ans ce n’est pas trop tôt!) ou plutôt réalisé dans mes tripes que nous ne devons pas choisir entre nos diverses identités, que nous ne trahissons personne en nous réclamant d’orient et d’occident, de mer et de montage, d’hiver et d’été. Ne pas devoir choisir, mais assumer ces identitiés multiples! Je vous ai écouté lors d’un interview sur notre radio nationale la RTBF, et j’en ai eu les larmes aux yeux. J’ai participé à cette guerre, et j’en ai honte, et j’en suis fier. J’ai pensé défendre mon pays, et je suis fier d’avoir suivi mes convictions mais j’ai également honte parceque l’aveuglement de la jeunesse m’a fait prendre des vessies pour des lanternes. Peut on être à fidèle à sa conscience et réaliser nos erreurs… Comment séculariser notre terre, sans en transformer l’âme et la culture? Les réponses sont peut être dans ces identités multiples. Merci!

  33. #33 by AREZKI ZERROUKI on 23 janvier 2013

    Cher Ami,

    c’est avec beaucoup de retard que je prends connaissance ce ce questionnement. En effet la traduction du livret d’Amin Malouf a été faite par mes soins en transcription latine. C’est plus facile pour moi car j’ai installé une application sur mon laptop qui me permet d’écrire directement.
    Hommage aux animateurs et cadres du Haut Commissariat à l’Amazighité (Algérie) qui ont développé l’application.

    A. ZERROUKI

  34. #34 by boussad on 25 février 2013

    comme je suis un passionné de lecture, je guette toujours les sorties livresques d’amin malouf.cet auteur universel, oui je dis bien universel car il transcende toutes les appartenances par ses recits et analyses empreints d’humanisme .
    je n’ai pas encore lu ” les desorientés”, est – ce-qu’il est disponible dans les librairies en algerie?
    A VOUS amin , reçois les amitiées d’un fervent lecteur d’algerie.

  35. #35 by boussad on 25 février 2013

    boussad :comme je suis un passionné de lecture, je guette toujours les sorties livresques d’amin malouf.cet auteur universel, oui je dis bien universel car il transcende toutes les appartenances par ses recits et analyses empreints d’humanisme .je n’ai pas encore lu ” les desorientés”, est – ce-qu’il est disponible dans les librairies en algerie?A VOUS amin , reçois les amitiées d’un fervent lecteur d’algerie.

  1. Pas encore de rétrolien.

Les commentaires sont fermés.