Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Faire suivre 'Un nouveau message du blog' à un ami

Faire suivre 'Un nouveau message du blog' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
  1. #1 by Céline Bouché on 26 juin 2012

    Monsieur Maalouf,

    Nous sommes une association marseillaise et, dans le cadre de l’année 2013 Capitale Européenne de la Culture, nous allons organiser une série de 3 interventions de médiation autour de “Méditerranées”, l’exposition d’inauguration d’un des grands lieux culturels de Marseille-Provence 2013. Nous souhaiterions vous inviter à ouvrir cette série d’interventions.

    Désolé d’utiliser votre blog mais je ne sais pas comment vous joindre autrement, pourriez-vous me recontacter pour que nous discutions plus longuement de ce projet ?

    En vous remerciant par avance,

    Céline Bouché

  2. #2 by nahed on 17 août 2012

    cher monsieur maalouf
    pour moi lire vos livres c’est toujours un retour aux sources vers cet orient que j’aime et qui me fait peur a la fois .C’est curieux ,nous avons presque le meme parcours .je suis nee en egypte d’un pere journaliste et pour des raisons politique ma famille a du quitter ce pays pour le liban en 70 puis et a cause de la guerre j’ai du partir avec mes 2 soeurs pour parisen 77 en passant par chypre puis istanbul ;pays de votre grand pere maternel je suppose
    maintenant je vis dans le nord de la france devenue medecin je continu de rever d’un orient libre et democrate
    je vous souhaite beaucoup de bonheur et la sante
    salam et amities
    nahed

  3. #3 by iulia on 3 septembre 2012

    …un nouveau roman ! C’est super ! On havait hâte d’avoir de tellement bonnes nouvelles ! J’attends avec impatience de le lire et relire :)

  4. #4 by Vaz Silva on 24 septembre 2012

    Cher Amin Maalouf,

    dans le cadre d’un évènement du programme européen MED nous essayons de vous contacter par tous les moyens – sans succès. Est-ce que vous pouvez me contacter par e-mail?
    Merci.
    Bien cordialement,

    Nuno

  5. #5 by Pascal Rassi on 27 septembre 2012

    Cher Amin,

    Vous me pardonnerez l’expression, j’espère, si je vous dis que pour moi vous êtes un peu comme un vieil ami que je n’aurais pas encore rencontré en personne. Plus j’en apprends sur vous, plus nos points communs, nos affinités, me frappent: notre amour profond de la langue Française et de l’histoire des mots, la “non-appartenance universelle” de ceux qui sont nés d’origines multiples, la perspective privilégiée de leur vision sur le monde, la coïncidence de nos blogs bilingues français-anglais (je vous ai précédé de deux ans), et une ressemblance de vécu assez prévisible pour deux Libanais nés de la même époque tourmentée. Je viens d’apprendre votre présence internautique grâce à votre interview dans l’Orient-leJour (suivie d’un rapide “googling”), et parierais que le Billet de Gaby Nasr ne vous est nullement inconnu, tout argotique fût-il.
    Mais aujourd’hui, une priorité me préoccupe: j’apprends que vous avez des ennuis de santé? Rien de grave, j’espère. Si les conseils et éclaircissements éventuels d’un médecin compatriote peuvent vous être de quelque intérêt, il se trouve que c’est une de mes spécialités. Tout généraliste que je sois. La discrétion professionnelle en est une autre. Je sais combien mes confrères peuvent être occupés et presssés, alors que les patients auraient tant de questions à poser, aimeraient mieux comprendre tant de choses. Considérez-vous donc officiellement invité à m’écrire, j’ai du temps libre en ce moment: issar_el_aksab@yahoo.fr
    Eventuellement, nous pourrions plus tard discuter “boulot”… si le mot est bien adéquat pour décrire notre passion commune pour le langage et les idées! Certainement, bien peu de personnes ont le bonheur de trouver un tel accomplissement dans leur profession.

    Bien à vous,

    Dr Pascal Rassi

  6. #6 by Guy-Claude François on 22 octobre 2012

    Bonjour Monsieur Maalouf,
    J’ai lu la totalité de vos livres.
    Je suis en admiration (devais je dire “addiction ?) de votre littérature.
    Elle représente tout ce j’aime (culture, humanisme, par exemple).
    Je vous souhaite encore une belle vie.
    Avec toute ma cordialité.
    Guy-Claude

  7. #7 by Pascal Rassi on 23 octobre 2012

    Cher Amin,

    Vous me pardonnerez l’expression, j’espère, si je vous dis que pour moi vous êtes un peu comme un vieil ami que je n’aurais pas encore rencontré en personne. Plus j’en apprends sur vous, plus nos points communs, nos affinités, me frappent: notre amour profond de la langue Française et de l’histoire des mots, la “non-appartenance universelle” de ceux qui sont nés d’origines multiples, la perspective privilégiée de leur vision sur le monde, la coïncidence de nos blogs bilingues français-anglais (je vous ai précédé de deux ans), et une ressemblance de vécu assez prévisible pour deux Libanais nés de la même époque tourmentée. Je viens d’apprendre votre présence internautique grâce à votre interview dans l’Orient-leJour (suivie d’un rapide “googling”), et parierais que le Billet de Gaby Nasr ne vous est nullement inconnu, tout argotique fût-il.
    Mais aujourd’hui, une priorité me préoccupe: j’apprends que vous avez des ennuis de santé? Rien de grave, j’espère. Si les conseils et éclaircissements éventuels d’un médecin compatriote peuvent vous être de quelque intérêt, il se trouve que c’est une de mes spécialités (tout généraliste que je sois). La discrétion professionnelle en est une autre. Je sais combien mes confrères peuvent être occupés et presssés, alors que les patients ont toujours tant de questions à poser, aimeraient mieux comprendre tant de choses. Considérez-vous donc officiellement invité à m’écrire, j’ai du temps libre en ce moment. Votre filtre de modération refuse que je mentionne mon adresse e-mail, mais je suis toujours joignable via les commentaires sur mon blog (en cliquant sur mon nom ci-dessus).
    Eventuellement, nous pourrions plus tard discuter “boulot”… si le mot est bien adéquat pour décrire notre passion commune pour le langage et les idées! Certainement, bien peu de personnes ont le bonheur de trouver un tel accomplissement dans leur profession.

    Bien à vous,

    Dr Pascal Rassi

  8. #8 by Christian Scholtès on 24 octobre 2012

    Je lis avec plaisir les desorientés, qui m’ ont donné l idee de te recontacter pour te dire que le Mexique t attend toujours
    Amities a travers l Ocean
    Ps grace a toi ayant les trois nationalites Française, Mexicaine et Europeenne, je vais adsumer les trois ensemble
    Saludos a tu esposa
    Christian

  9. #9 by Bayram BALCI on 28 octobre 2012

    Bonjour Cher M. Maalouf,
    J’ai lu presque tous vos romans, j’ai à chaque fois l’impression de voyager dans mes terres d’origine, comme vous, je suis Français d’adoption, natif de l’Orient, mais plus au nord que le joli Liban. Je suis près de Mardin en Turquie, et nombre de vos romans me donnent l’impression d’être dans le pays de mon enfance. Je voudrais vous dire aussi que j’ai très très souvent pensé à vous durant les 6 années que j’ai travaillé en Ouzbékistan. Savez vous que des milliers de touristes français, je les croisais dans les rue de Samarcance et de Boukhara, ont décidé de se rendre en Ouzbékistan après avoir vu votre magnifique roman Samarcande ? Je l’ai dit aux autorités ouzbèkes, ne vous étonnez pas qu’un jour ils vous invitent à parler de Samarcande à Samarcande. Je viens de finir “Les désorientés”, j’attends la parution du prochain. Avec toute mon estime, Bayram

  10. #10 by Bayram BALCI on 28 octobre 2012

    Bonjour Cher M. Maalouf,
    J’ai lu presque tous vos romans, j’ai à chaque fois l’impression de voyager dans mes terres d’origine, comme vous, je suis Français d’adoption, natif de l’Orient, mais plus au nord que le joli Liban. Je suis près de Mardin en Turquie, et nombre de vos romans me donnent l’impression d’être dans le pays de mon enfance. Je voudrais vous dire aussi que j’ai très très souvent pensé à vous durant les 6 années que j’ai travaillé en Ouzbékistan. Savez vous que des milliers de touristes français, je les croisais dans les rue de Samarcance et de Boukhara, ont décidé de se rendre en Ouzbékistan après avoir vu votre magnifique roman Samarcande ? Je l’ai dit aux autorités ouzbèkes, ne vous étonnez pas qu’un jour ils vous invitent à parler de Samarcande à Samarcande. Je viens de finir “Les désorientés”, j’attends la parution du prochain. Avec toute mon estime, Bayram

  1. Pas encore de rétrolien.

Les commentaires sont fermés.