Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Un nouveau message du blog


Comme nos nombreux amis ont pu le constater, Amin a dû s’éloigner de ce blog depuis 2010. Mais il n’a pas renoncé à y revenir un jour… En attendant, il serait préférable de ne pas lui laisser des messages qu’il ne pourrait pas lire. Merci à vous tous de votre compréhension.

  1. #1 by moulay Abdellah AIT BABA. Maroc on 30 décembre 2010

    Cher A. MAALOUF
    Ma génération est influencée par vos écrits et croyez nous; on a lu toutes les puplications connues jusqu’à présent.
    Bonne et heureuse année 2011. Santé et prospérité pour vous et pour tout le monde. paix et amour comme vous l’ avez toujours préché!!!!!

  2. #2 by Mimi on 31 décembre 2010

    Il y’a quelques semaines et soudainement, je commande des livres d’Amin Maalouf que j’ai lu il y’a une 20 d’années. je voulais absolument parler de l’auteur à mes etudiants américains. Je suis, en même, temps tombée sur une interview de l’auteur que j’ai montrée en classe. Une de mes étudiantes est venue me voir pour me dire: “He is intelligent!”
    Un trés bon rétablissement et heureuse année!

  3. #3 by isabelle on 31 janvier 2011

    Bon rétablissement. On ne peut que penser à vous et votre “dérèglement du monde” avec les évènements actuels dans le Monde Arabe. En espérant bientôt retrouver votre parole, bonne année 2011

  4. #4 by Laura on 18 février 2011

    On aimerait tant vous entendre dans le contexte actuel…
    Française très attachée sentimentalement à la Tunisie mais dénuée de connaissances poussées sur “le monde arabe”, j’ai le sentiment que seule votre analyse pourra donner un éclairage pertinent sur la situation.

    Bon rétablissement et surtout guérissez vite: la Tunisie, l’Egypte et les pays qui vont probablement suivre ont besoin de votre humanisme érudit pour avancer dans la bonne voie; et nous, pays riches sur le déclin, avons besoin de vos idées pour les accompagner ET nous remettre en cause également!

  5. #5 by akli on 24 février 2011

    Tout en vous souhaitant un prompt rétablissement Monsieur Maalouf je voudrais vous formuler une demande : A l’image de ” les Croisades Vues par les Arabes”, ” Léon l’Africain” ou encore ” les Jardins de Lumière” entre autres, n’avez-vous pas un jour songé à écrire un ”roman” retraçant l’Histoire(s) des Berbères avec l’intégrité et la déontologie d’un grand historien-romancier qu’on vous connaît. Ma demande est d’abord motivée par votre connaissance érudite de l’Afrique du Nord, la rareté d’ouvrages réalistes traitant de ce sujet nous laissant frustrés et enfin par le style de Monsieur Maalouf dont la lecture est un véritable régal. Même étant malade, on vous demande de travailler, ”victime” de votre éminence.
    Respectueusement
    Akli Algérie, lecteur des lignes et des interlignes de Monsieur Amin Maalouf.

  6. #6 by Nanette on 28 février 2011

    Cher Monsieur Maalouf,
    Je viens de terminer “Le dérèglement du monde”, commencé juste avant les évenements dans le monde arabe. Je n’aurais pas pu mieux choisir le moment pour cette lecture, bien qu’ayant eu l’intention d’acheter votre livre depuis la parution de l’article du Figaro vous concernant… Coïncidence ?… Comme l’écrit Laura, on aimerait bien vous entendre dans le contexte actuel, si plein d’incertitudes mais aussi d’espoir. Tout ira bien si beaucoup gardent une attitude positive.
    De tout coeur, meilleure santé et revenez vite faire entendre votre voix. Que de plus en plus de gens puissent entendre votre message.

  7. #7 by Boukoff-Kahil evelyne on 4 mars 2011

    Cher Monsieur Maalouf, nous aimerions avoir de vos nouvelles. Dans ces temps plein d’incertitude,nous attendons votre voix . vous qui connaissez si bien l’âme orientale .
    Avec mes voeux de bonne santé avant tout pour vous .

  8. #8 by QUERRE André on 13 mars 2011

    Meilleure santé, cher ami (nous sommes du même âge); je suis ami d’un de vos petits neveux vivant et travaillant (guide touristique) au Québec, Tarik Maalouf. Je viens de lire “le Dérèglement du monde”. Vous est-il possible de nous assurer que vous ne confondez pas (c’est le piège des religions, qui se prétendent ”spiritualités”!) ”religion” (dogmes, vérités révélées, rites à suivre) et ”spiritualité” (travail de l’esprit, réflexion, démontage des dogmes, opposition à religions) ? Si Malraux a dit quelque chose à ce sujet, ce serait : “le 21ème S. sera spirituel ou ne sera pas”,mais en aucun cas ”religieux”, qui est aux antipodes de la spiritualité, de la libre pensée. C’est parce que l’U.R.S.S. a institué l’athéisme en religion (avec dogmes et rites) que cette nouvelle religion a évidemment échoué. Comme échoueront les autres, après mille contorsions et essais d’adaptations. J’attends votre réflexion courageuse sur ce sujet, qui devrait participer à l’incitation nécessaire à sortir des religions (toutes au service de nationalismes) pour préférer la spiritualité (le travail de la libre pensée, la réflexion, la critique raisonnée) au service de l’humanisme dans son environnement. Mais il faut du courage pour l’admettre ! Merci. Cordialement. A.Querré.

  9. #9 by Hoaida on 22 mars 2011

    Chèr Amin Maalouf;

    Nous aimerions tant avoir de vos nouvelles, avant tout, nous desirons que vous soyez en parfaite santé et entrain d´envisager ou de préparer pour nous une nouvelle oeuvre qui nous emerveillera comme toutes vos créations.

    Aprés, on se permet de vous dire qu´on a besoin de votre lucidité et de votre sagesse en ces temps lá, avec tout ce qui se passe dans le monde arabe, on sait quoi penser, on écoute, sceptiques, toutes les informations qui nous parviennent.

    Ça m étonne tant d´émotions sur les visages des gens qu´on voit à la télé et sur internet entrain de se manifester, et ça m´étonne aussi les messages et les revendications de droits et de justice bien ridigés et formulés, ça m´étonne et me rend plus sceptique parce que je crois que ces sentiments lá devraient être générales à tous les citoyens arabes qui croient en ces valeurs, mais ce n´est pas le cas. On vit pas tous de la même manière ces évenements.

    Ça m´étonne tant de mouvements et de revoltes, soit disant réussis, mais non soutenues par des leader et par une idéologie.

    S´agit t il de manipulations, ou tout simplement de pissimisme dû à tant de désillusions vécues au cours de tant de générations?

  10. #10 by Mohamed Amine le Constantinois on 15 avril 2011

    Bonsoir Cher monsieur Maalouf
    tout d’abord votre manière de tisser un roman tout en se référant a l’histoire et a la religion ma beaucoup impressionner puisque derrière chaque roman y a des choses a déduire qui peuvent nous aides a comprendre notre époque et a réfléchir sur le sort des pays arabo musulmant
    toute fois je vous souhaite un rétablissement rapide de votre sante et un retour fructueux sur la scène littéraire

  11. #11 by S. Montlouis on 29 avril 2011

    Bonjour M. Maalouf,

    Vos ennuis de santé viennent d’un empoisonnement. On n’aime pas trop les gens intelligents qui viennent de Phénicie. Cela remonte déjà à Alexandre. Tenez bon. Et si vous avez besoin d’un petit conseil, n’hésitez pas à m’écrire. j’aimerai vous recommander la lecture des frères Tharaud, que vous connaissez sûrement très bien. Elle apporte beaucoup de récomfort quand on va un peu mal.

  12. #12 by Fatima Taleb on 11 mai 2011

    Dear Sir,

    My name is Fatima Taleb, I’m the head of committee of Bahrain Youth Cultural Festival, Kingdom Of Bahrain.

    Would like to reach Mr. Amin Maalouf to invite him as an highly recognised Arab author during our cultural festival during the summer 2011.

    Your help is highly appreciated,

    Thank you,

    Fatima Taleb

  13. #13 by fadi on 14 mai 2011

    et si vous avez besoin de repos, vous pouvez allez vous reposez chez nos amis, la communauté des Antonin à Chaponost – Lyon, ils aimeraient bien vous accueillir un jour. Le cadre est très sympa, l’ambiance est joyeuse et fraternelle, et nos jeunes moines (étudiants) puiserons de votre sagesse.
    allez ;)

  14. #14 by mohammed on 22 mai 2011

    tu m’as fait découvrir le liban et ses histoires, et j’ai découvert les libanais et depuis mon retour de ce pays du soleil levant ou la montagne défie le littoral et le littoral envie la montagne, je le pleure pour ne pas l’avoir connu plus tôt et peut être un jour…comme tu le dis si bien, l’homme n’as pas de racines ce sont les arbres qui en ont.
    Mohammed

  15. #15 by mohammed on 22 mai 2011

    mohammed :tu m’as fait découvrir le liban et ses histoires, et j’ai découvert les libanais et depuis mon retour de ce pays du soleil levant ou la montagne défie le littoral et le littoral envie la montagne, je le pleure pour ne pas l’avoir connu plus tôt et peut être un jour…comme tu le dis si bien, l’homme n’as pas de racines ce sont les arbres qui en ont.Mohammed

  16. #16 by kinda on 31 mai 2011

    Dear Fatima,

    Instead of organizing youth festivals, wouldn’t it be wiser to listen to your youth and avoid killing them on the streets of Manama???

    Best
    Kinda

  17. #17 by fadi on 5 juin 2011

    Bonjour M. MAALOUF,
    c’est marrant, la proximité des gens sur la toile, c’est presque un effort pour moi, de dire M. MAALOUF. spontanément je dirais. Bonjour Amin.

    Une nouvelle m’a rendu heureux ce matin. Amin MAALOUF serait aujourd’hui sur France Inter pour … 1- vous allez mieux. 2- vous êtes le meilleurs.

    Il y aurait une possibilité de vous faire parvenir un texte de 3 pages que j’ai écrit en arabe ? j’aimerais vos critiques.

  18. #18 by meryem on 7 juin 2011

    essalam 3laikoum
    que vous soyez en bonne santé et heureux
    que votre plume ne cesse d’éclairer les esprits
    vos lecteurs ont besoin de vous .

  19. #19 by fadi on 9 juin 2011

    fadi :
    Bonjour M. MAALOUF,
    c’est marrant, la proximité des gens sur la toile, c’est presque un effort pour moi, de dire M. MAALOUF. spontanément je dirais. Bonjour Amin.
    Une nouvelle m’a rendu heureux ce matin. Amin MAALOUF serait aujourd’hui sur France Inter pour … 1- vous allez mieux. 2- vous êtes le meilleurs.
    Il y aurait une possibilité de vous faire parvenir un texte de 3 pages que j’ai écrit en arabe ? j’aimerais vos critiques.

  20. #20 by mohammed on 10 juin 2011

    tu m’as fait découvrir le liban et ses histoires, et j’ai découvert les libanais et depuis mon retour de ce pays du soleil levant ou la montagne défie le littoral et le littoral envie la montagne, je le pleure pour ne pas l’avoir connu plus tôt et peut être un jour…comme tu le dis si bien, l’homme n’as pas de racines ce sont les arbres qui en ont.Mohammed

  21. #21 by why on 23 juin 2011

    Bon rétablissement. Et surtout, toutes mes félicitations pour votre élection à l’Académie. Enfin, je dirais… Après 2 échecs, vous voilà donc immortel. Bon, personnellement, je pense toujours que l’Académie est plus une tenue d’apparat, un zeste de ringardise dans la fatuité actuelle de l’instant fugace. Mais, je suis très content pour cette élection. Pour vous, pour vitre talent immense qui m’a tellement fait plaisir de Léon à Baldassare en passant par Samarcande et tous vos sublimes romans. Merci et bon rétablissement !!

  22. #22 by Madjid madani on 23 juin 2011

    Bravo et Allef mabrouk pour cette brillante élection a l Academie.Bonne sante et beaucoup d autres succes.

  23. #23 by Badih on 24 juin 2011

    Cher Monsieur Maalouf
    Je vous écris pour vous féliciter pour votre élection à l’Académie. Votre oeuvre m’a accompagné depuis que j’étais élève au collège. Vos idées m’ont rendu un meilleur citoyen…du monde.
    En particulier votre analyse historique du conflit israelo-arabe dans la deuxieme partie du Dérèglement du Monde m’a fasciné.
    Je suis très heureux de vous voir à l’Académie parmi les grands de la Francophonie, et j’éspère que cela vous motive encore plus à diffuser vos idées; des idées dont on a besoin plus que jamais dans ce monde.

  24. #24 by iulia on 25 juin 2011

    Cher M. Maalouf,
    Félicitations pour votre élection à l’Academie française, c’est une nouvelle qui nous remplit de joie et qui confirme encore une fois votre réussite depuis le début!
    Cordialement,
    Iuliana GUILLOT

  25. #25 by joseph khoreich on 25 juin 2011

    Bonjour Mr Amine
    Le Liban est fier de vous.Vous avez reflété par vos écrits et votre grand Humanisme le vrai visage de votre pays .Aujourd’hui en entrant a l’Académie vous scellez le caractère universaliste de votre culture et de votre identité comme citoyen du Liban c’est a dire aussi citoyen du monde.Mabrouk.Mes meilleurs félicitations et souhaits

  26. #26 by Vinciane on 28 juin 2011

    Toutes mes félicitations pour votre élection à l’Académie française! J’espère que cela contribuera à relayer vos messages, notamment sur les identités plurielles, dans un monde qui se cherche. Je suis impatiente de lire vos prochains écrits, tant pour la musique de votre écriture que pour la particularité de votre réflexion.
    Cordialement,
    Vinciane Ayoub

  27. #27 by maloum on 28 juin 2011

    Monsieur Maalouf
    Nous vous adressons nos sincères félicitations. et vous remercions pour votre belle plume et le plaisir inexpressible qu’il nous a donné…
    Vous faites penser tellement au regretté Khalil Gibran !
    bien a vous

  28. #28 by fadi on 1 juillet 2011

    ربيع العالم العربيBonjour Monsieur Maalouf,
    Pourriez-vous pencher sur ce sujet ?
    كبارهم كالثعالب، صغارهم كأولاد آوى، منهم مَن يشبهون الذئاب، آخرون أقرب إلى الضباع. علامات السباع ليست على أحدهم، ميزات الكلاب لا تُلطِّف أيّ منهم، ليس فيهم أقوياء ولا أوفياء.
    هذه هي مواصفات رجال حُكم تونس بن علي. هذا ما زيّن حاكم مصر مبارك.
    أود لو أنّ ناقداً سياسياً أو رجلاً أديباً وباحثاً حراً يعمل على كشف التباين والتقارب بين الدول العربية ولبنان بين حُكّامهم وحُكّامنا، بين بن علي ووزرائه من جهة والمؤتمَنون على مؤسّساتنا وخدماتنا من جهة أخرى. بين حسني مبارك وأبنائه من جهة وأكبر كبار دولتنا وأحسنهم من جهة أخرى.
    ما أخشاه هو أن يتوقّف الفرق عند الأسماء وأن ينتميَ الجميع للعرق الواحد. القلب والظهر والصلب واحد. كما في تلك الدول، كذلك في دارنا.

  29. #29 by el bekkaoui on 10 juillet 2011

    Cher M. Maalouf;
    vos livres ont illuminé maintes voies grace au regard pertinent d l historien ; du precheur de tolerance et la parole fluide du romancier. .Felicitations pour votre election a l academie française et surtout bon retablissement Monsieur .
    cordilement
    ANISSA ELBEKKAOUI

  30. #30 by DR IDRISSI MY AHMED on 19 juillet 2011

    FÉLICITATIONS Oustade !
    J’ai plusieurs de vos livres…
    Merci de continuer à nous représenter dignement .
    BONNE LECTURE :

    « LE RÔLE DE LA CONNAISSANCE UNIVERSELLE
    DANS LA CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ ET DE L’IDENTITÉ »

    CULTURE MONDIALISTE ET CIVISME UNIVERSEL :
    CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ ET DE L’IDENTITÉ CHEZ LE CITOYEN DU MONDE

    LE RÔLE DE LA CONNAISSANCE DANS LA CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ

    La connaissance de soi, la fabrication de soi se font à travers la découverte d’autrui et de par le dialogue et la communication en une sorte d’action de construction continuelle. La perfection n’est pas statique ni définitive, elle est une évolution avec ses freins et ses pentes.
    .
    Pour ne pas lasser, pour s’instruire, enrichir ses connaissances et élargir ses pensées, développer son intellect et sauvegarder sa mémoire, cette importante partie de sa conscience et de soi-même, il faut s’ouvrir et percer. Ainsi pour être utile et productif, pour éviter l’ennui et le désastreux patinage sur les mêmes idées, les mêmes coursives, l’impasse labyrinthique et les mêmes réflexes de pensée, les automatismes ennuyeux à devenir stériles et opaques, une seule issue reste pour sauver la cogitation. Celle de sauter le mur de soi, pour dépasser et se délivrer de la paresse tranquille et anesthésiante des certitudes. Celle de ‘’dégonfler’’ l’autosuffisance de soi, de ses opinions antérieures, que d’autres ont dépassées, par l’observation d’autrui. Changer ses optiques, son regard ses angles de vision et de réflexion, par une approche rénovée afin de dépasser les étroites limites où l’on resterait piégé en cultivant, dans l’autosatisfaction, ses seules convictions. Sans renier pourtant ses composantes et dans le but de les enrichir et de les affiner.
    .
    DISPONIBILITÉ
    .
    Se dépasser et s’ouvrir pour donner et recevoir de l’autre. Dans ce qu’il dit d’abord et dans ce qu’il écrit. Il est impossible de ne pas garder alors la soif de découvrir de plus connaître devant les mers de savoir et de connaissance que cet autre garde jalousement ou vous offre. La production est devenue une progression géométrique. Cette multiplication des idées est phénoménale, elle dépasse l’entendement et les capacités des humains. L’encyclopédique connaissance des humanistes des siècles passés n’est plus qu’un sobre résumé du savoir, un créneau temporaire qui doit être respecté pour son importance passée et son apport à la construction du savoir actuel.
    .
    INTERACTIVITÉ
    .
    Une parenthèse infime de ce qui est produit est outrancièrement étalée en ce moment. Pris de vertige et d’incapacité pour imaginer autant, je peux parler de folie extensive, contagieuse, exorbitante, peu permise à tous, peu démocratique. Une sorte d’émerveillement cosmique qui vous plaque, vous marginalise et vous noie, qui aspire ou vous propulse, vers des dimensions inouïes ! Éminemment stimulant et admirable voire annihilant et complexant ! Allez-vous suivre ou vous laisser distancer ? Pays cosmopolite et ouvert, nous sommes, ici plus qu’ailleurs, devant une gageure. Un défi humanitaire, un projet sociétal universel qui a peu de respect ou d’intérêt sur les handicapés et les oubliés de la révolution cosmique !

    Ce gigantisme existe dans toutes les matières. Il touche toutes les spécialités, les sciences, les techniques, les arts et les métiers en général et qui dépasse les individus par les promesses et les défis où il les invite. L’humanisme des grands écrivains du passé et des philosophes classiques n’est plus qu’un îlot, une image stagnante et dérisoire antique. Un rêve qu’on ne fait plus. Une rive balisée d’un interminable océan qui donne autant soif qu’il décourage et qui dérange les nageurs les plus intrépides. Toute spécialisation n’est plus qu’une ébauche du savoir faire où elle se cadre et se case. Les spécialités s’ouvrent et se fractionnent en super spécialités plus pointues encore. Pire que l’éclatement du savoir, son essor est l’objet d’une accélération phénoménale.

    Alors que faut-il pratiquer comme tentative, à la mesure de l’homme, de ses limites, de ses moyens, de sa vie, pour accéder à un but, pour emprunter une voie, et laquelle, dans cet univers extensible et infini de la Connaissance ? Comment garder le pas et progresser en harmonie avec son temps ?
    .
    LES CHEMINS
    .
    Par quoi commencer, dans quel sens entamer, cette recherche, qui ressemble plus à une noyade qu’à une plongée. Comment atteindre ces richesses, ces connaissances intellectuelles et cette bibliothèque ludique en apparence, mais prodigieusement intarissable, qui n’a de virtuel que le nom ? On va de moins en moins au théâtre et au cinéma, encore moins aux bibliothèques, la connaissance a éclaté, percé les chaumières, grâce aux émissions télévisuelle satellitaires. La connaissance, pointue, spécifique s’est surmultipliée, à l’infini grâce à l’informatique. Et l’on peut avoir sous la main bien des encyclopédies et sous le doigt, en un clic, des bibliothèques entières ! Là où le défi devient embarrassant est qu’il y a une profusion d’offres et de documents. Et cela déstabilise par l’étendue des choix.
    .
    LE LABYRINTHE
    .
    Il ne suffit pas d’avoir les documents idoines, il faut encore savoir les trier, pour délaisser ce qui est inutile, en espérant économiser assez de temps imparti, le temps qu’il faut réserver au strict nécessaire et utile, sans étouffer sous la profusion des références et des données. Cette immensité déconcertante, cet univers inépuisable, oblige à chercher une voie, à tracer un chemin. Le choix n’est pas aisé et la sélection de la spécialité est une nécessité.
    L’exclusion des autres données connexes ou complémentaires, n’élude pas la soif de connaissance ni le sentiment d’avoir écourté la quête et négligé quelque part des données et des r-enseignements qui auraient pu être utiles au sujet traité. Évidement la sélection les programmes et l’impact et les directives des professeurs sont les premiers axes et les chemins de choix. Les formations de base, scolaires, celle du collège et de l’université ne sont que les ébauches, les clefs qui demandent à ouvrir et élargir les voix et le chemin choisi. Autant se peut et chacun selon ses goûts, ses besoins, son tempérament, ses moyens et de ceux des siens, famille, institutions et pays. La patience, le temps investis, le courage et la dynamique, les contraintes acceptées sont les paramètres du succès.
    .
    LES FENÊTRES
    .
    Comment procéder alors ? C’est l’école, les copains, les maîtres et les professeurs, concurrents et gourous, qui munis chacun de son programme va vous ouvrir selon les chapitres plusieurs voies. La sélection et les contrôles aidant, l’approfondissement, les certitudes, la vérité et la justesse vont être les mieux côtés. Les meilleurs se développeront. Les autres stagneront dans l’oubli ou dans les marges ou l’exclusion. L’opportunité du travail, le travail devient une récompense.
    .
    LES TRAPPES
    .
    Selon les impératifs de demande et la production on va embaucher certains, aux dépens d’autres. Moins visibles, moins bien préparés, moins percutants. Même si elle est injuste pour les pommés et responsable de fractures sociales, cette tendance est la seule retenue. Pour des raisons d’économie, de production, d’efficacité. Cette méthode discriminatoire et démocratique en apparence, semble nécessaire et utile.

    Par delà la recherche propre de chacun dans les secteurs récréatifs, de détente et d’information, non-utile, qui les occuperont, on voit de bons éléments se perdre dans les coursives de la recherches et venir se planter à la lisière et être marginalisés. Par cet aspect ils affirment leur particularités et manifestent leur éloignement du réel, banal et dur, du strictement utile ! Les moins biens concentrés, les plus curieux, attirés par les connaissances parallèles, se perdront dans les écarts et les ravines, les labyrinthes de la connaissance. Pendant que ceux, disons-le, les plus bornés, asservis, normalisés et studieux, non-idéalistes, seront les plus opportuns. Ces derniers gagneront en réussite en embauche et en efficacité ! Ils suivront les secteurs balisés et stratifiés, dont les officiels et les industriels, les employeurs, les dirigeront indirectement ou sur recommandation(
    .
    LES PORTES
    .
    C’est un autre chapitre qui relève de la fracture sociale et des privilèges et autres passe-droits et népotisme, que nous ne soulèverons pas pour le moment, afin de ne pas nous perdre dans la pire des banalités. Celle que les rues en révolte stigmatisent en manifestant contre le pouvoir des mandarins et des caciques sclérosés, contre le système des privilèges qu’ils allouent à leurs zélotes de la nomenklatura et autres affidés embourgeoisés.

    On parle de chômage, de projet de société et de concentration des pouvoirs. Seulement pour être réalistes, le contraire du populisme des slogans revendicatifs, il y a des vérités inéluctables à prendre en considération. Le marché, la concurrence et le rendement. La demande en cadres et en cerveaux, toujours selon les besoins et selon les lois du marché, selon les compétences et les innovations, obéit aux nécessaires améliorations comme aux changements que leur dicteront le marché et les contraintes de production et de rendement.
    .
    Ainsi vont se développer ceux qui étaient les premiers. Ils ont les performances, les recettes et les secrets. Les créateurs, les novateurs et les inventeurs, ceux qui prospectent dans les marchés, les explorations, les conquêtes les colonies, les pionniers vont avoir une avancée et une exclusivité sur les autres. Privilèges qu’ils défendront pour s’y maintenir et garder les méthodes de prospection, les moyens de production, les marchés explorés, les pays clients ou asservis, là où ils ont des clients garantis. Assurément asservis ! La prise de conscience aidant, la compétition, feront que certains secteurs seront fermés, même aux plus proches des amis qui commercialement parlant sont des adversaires, les concurrents des prédateurs, qui ont peur qu’on leur vole leur savoir-faire et qu’on copie leurs brevets ou que l’on dévoie leurs clients.
    .
    SÉIDES ET ASSUJETTIS
    .
    Ainsi les pays qui ont développé les sciences et consolidé les techniques dans leurs industries vont être jaloux de leurs percées et de leur savoir…En dehors du strictement livresque, il y a pourtant d’énormes connaissances sur le Net et le Web. Pas encore les recettes pour les piles atomiques et la chimie des médicaments, peut-être ! Mais c’est l’industrie et le commerce, mondialisé sans frontières apparentes et mis à l’international, qui dictent le développement, des contrées arriérées du tiers-monde ! Ce, au gré des besoins et des délocalisations. Et ce n’est que partiellement encore que la technologie exsude ou suinte hors de ses murs ! Pas de quoi se leurrer quant au partage réel et ouvert des connaissances, entre impérialistes et colons d’hier ou les nantis et leurs clients d’aujourd’hui ! Les besoins sont créés, en fonction des richesses des pays, clients potentiels et des courses à l’industrialisation ou à l’armement, impulsées savamment par les pays fournisseurs.
    .
    LA TECTONIQUE DES STRATES
    .
    Les spécialités et les besoins techniques représentent par les coûts énormes reposent sur les sociétés les plus riches et les multinationales qui sont des réserves de savoir-faire et de financement.
    L’informatique et puis l’internet qui ont révolutionné la communication sont venus dénoncer cette optique longtemps vraie efficace et univoque. Les concepteurs du Microsoft, du Net, ont bénéficié de l’universalité de leur ouverture et des progrès, des innovations pour se créer des fortunes colossales, rapides, quasi ‘’ brutales en inventant en innovant.
    .
    CRÉER OU POURRIR
    .
    Est-ce que les jeunes chercheurs peuvent encore innover ? Ce genre de succès et de fortunes colossales, en si peu de temps, ces prouesses, ces opportunités d’affaires, si elles se basent sur l’informatique et l’ouverture des pays, la mondialisation qu’ils permettent en la faisant se mieux faire, nécessitent évidemment des progrès, du travail, un milieu favorable, comme d’une part de hasard ! Sont-ce des affaires et des questions de mutants ? On serait tenté de l’imaginer, tant cette voix n’est pas celle du travail seul, ou de la richesse comme starters ! Communication, information, sont-ce les seules voies de développement, actuellement ? Le seul horizon de progrès possible pour l’homme ? Les technologies se ramassent et s’étendent, la micronisation du matériel, son accès se font dépasser chaque jour par les plus innovants, les plus performants, les moins chers…
    Que reste-t-il dans leur pays aux plus brillants des nos jeunes ? Investir dans le « 20 Février » ou suivre les pas de papa, parallèlement à sa famille, dans son ministère ? C’est valable pour une oligo-minorité ! L’ambition de chaque pays après la 2ème guerre mondiale, fut d’acquérir le pouvoir scientifique pour dominer ou se protéger. Bien avant que ne soit répandue cette notion d’armement ou d’armes dissuasives.
    .
    LE STRUGGLE DES BLOCS
    .
    Savoir technique et vol de cerveaux. Ainsi, les scientifiques, les plus grands savants allemands de la 2ème guerre, avaient été vivement recherchés ou pourchassés à cette fin, par les pays vainqueurs, notamment les Américains et les Soviétiques. Lesquels, grâce à ce genre de rapts, ont pu rapidement développer les secteurs des fusées et du nucléaire. Depuis la chasse aux cerveaux, n’a pas cessé ! La fuite des cerveaux continue. Les plus grands ingénieurs, ceux côtés par les plus huppées et les plus onéreuses des écoles, sont des profils recherchés par les pays et les sociétés qui savent leurs valeurs et qui savent les utiliser dans leurs secteurs avancés pour pousser encore plus l’innovation, la création et consolider leur supériorité

    CIVISME UNIVERSEL : LE CITOYEN DU MONDE.

    En dehors des traditions exotiques, des particularismes dont nous nous leurrons, comme garde-fous et dont nous sommes jaloux, quelle est la place que nous gardons, en ce qui nous concerne ? Qu’est-ce que nous sauvegardons ? Qu’est-ce que nous avons perdu comme cadres qui auront tant coûté à l’État ? Évidement ces jeunes cerveaux s’acclimatent, ailleurs, dans les pays de leur formation ou de leur première embauche ! Là où ils sont rapidement insérés dans des départements équipés, bien payés, dorlotés et même mariés, pour être mieux retenus, après leurs études. Peu retournent aux pays émissaires, dont ils ont perdu les repères, malgré leur reste de familles. Des éléments rares apparaissent de temps en temps, à la tête d’une immense boîte occidentale ! Et ça fait quelque part plaisir, quand ils reviennent ici, le tir d’une hirondelle, pour remporter un marché. Ceux-là, ils ont conquis le monde qui les a conquis.

    Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 16 Juillet 2011

  31. #31 by DR IDRISSI MY AHMED on 19 juillet 2011

    « LE RÔLE DE LA CONNAISSANCE UNIVERSELLE
    DANS LA CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ ET DE L’IDENTITÉ »

    CULTURE MONDIALISTE ET CIVISME UNIVERSEL :
    CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ ET DE L’IDENTITÉ CHEZ LE CITOYEN DU MONDE

    LE RÔLE DE LA CONNAISSANCE DANS LA CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ

    La connaissance de soi, la fabrication de soi se font à travers la découverte d’autrui et de par le dialogue et la communication en une sorte d’action de construction continuelle. La perfection n’est pas statique ni définitive, elle est une évolution avec ses freins et ses pentes.
    .
    Pour ne pas lasser, pour s’instruire, enrichir ses connaissances et élargir ses pensées, développer son intellect et sauvegarder sa mémoire, cette importante partie de sa conscience et de soi-même, il faut s’ouvrir et percer. Ainsi pour être utile et productif, pour éviter l’ennui et le désastreux patinage sur les mêmes idées, les mêmes coursives, l’impasse labyrinthique et les mêmes réflexes de pensée, les automatismes ennuyeux à devenir stériles et opaques, une seule issue reste pour sauver la cogitation. Celle de sauter le mur de soi, pour dépasser et se délivrer de la paresse tranquille et anesthésiante des certitudes. Celle de ‘’dégonfler’’ l’autosuffisance de soi, de ses opinions antérieures, que d’autres ont dépassées, par l’observation d’autrui. Changer ses optiques, son regard ses angles de vision et de réflexion, par une approche rénovée afin de dépasser les étroites limites où l’on resterait piégé en cultivant, dans l’autosatisfaction, ses seules convictions. Sans renier pourtant ses composantes et dans le but de les enrichir et de les affiner.
    .
    DISPONIBILITÉ
    .
    Se dépasser et s’ouvrir pour donner et recevoir de l’autre. Dans ce qu’il dit d’abord et dans ce qu’il écrit. Il est impossible de ne pas garder alors la soif de découvrir de plus connaître devant les mers de savoir et de connaissance que cet autre garde jalousement ou vous offre. La production est devenue une progression géométrique. Cette multiplication des idées est phénoménale, elle dépasse l’entendement et les capacités des humains. L’encyclopédique connaissance des humanistes des siècles passés n’est plus qu’un sobre résumé du savoir, un créneau temporaire qui doit être respecté pour son importance passée et son apport à la construction du savoir actuel.
    .
    INTERACTIVITÉ
    .
    Une parenthèse infime de ce qui est produit est outrancièrement étalée en ce moment. Pris de vertige et d’incapacité pour imaginer autant, je peux parler de folie extensive, contagieuse, exorbitante, peu permise à tous, peu démocratique. Une sorte d’émerveillement cosmique qui vous plaque, vous marginalise et vous noie, qui aspire ou vous propulse, vers des dimensions inouïes ! Éminemment stimulant et admirable voire annihilant et complexant ! Allez-vous suivre ou vous laisser distancer ? Pays cosmopolite et ouvert, nous sommes, ici plus qu’ailleurs, devant une gageure. Un défi humanitaire, un projet sociétal universel qui a peu de respect ou d’intérêt sur les handicapés et les oubliés de la révolution cosmique !

    Ce gigantisme existe dans toutes les matières. Il touche toutes les spécialités, les sciences, les techniques, les arts et les métiers en général et qui dépasse les individus par les promesses et les défis où il les invite. L’humanisme des grands écrivains du passé et des philosophes classiques n’est plus qu’un îlot, une image stagnante et dérisoire antique. Un rêve qu’on ne fait plus. Une rive balisée d’un interminable océan qui donne autant soif qu’il décourage et qui dérange les nageurs les plus intrépides. Toute spécialisation n’est plus qu’une ébauche du savoir faire où elle se cadre et se case. Les spécialités s’ouvrent et se fractionnent en super spécialités plus pointues encore. Pire que l’éclatement du savoir, son essor est l’objet d’une accélération phénoménale.

    Alors que faut-il pratiquer comme tentative, à la mesure de l’homme, de ses limites, de ses moyens, de sa vie, pour accéder à un but, pour emprunter une voie, et laquelle, dans cet univers extensible et infini de la Connaissance ? Comment garder le pas et progresser en harmonie avec son temps ?
    .
    LES CHEMINS
    .
    Par quoi commencer, dans quel sens entamer, cette recherche, qui ressemble plus à une noyade qu’à une plongée. Comment atteindre ces richesses, ces connaissances intellectuelles et cette bibliothèque ludique en apparence, mais prodigieusement intarissable, qui n’a de virtuel que le nom ? On va de moins en moins au théâtre et au cinéma, encore moins aux bibliothèques, la connaissance a éclaté, percé les chaumières, grâce aux émissions télévisuelle satellitaires. La connaissance, pointue, spécifique s’est surmultipliée, à l’infini grâce à l’informatique. Et l’on peut avoir sous la main bien des encyclopédies et sous le doigt, en un clic, des bibliothèques entières ! Là où le défi devient embarrassant est qu’il y a une profusion d’offres et de documents. Et cela déstabilise par l’étendue des choix.
    .
    LE LABYRINTHE
    .
    Il ne suffit pas d’avoir les documents idoines, il faut encore savoir les trier, pour délaisser ce qui est inutile, en espérant économiser assez de temps imparti, le temps qu’il faut réserver au strict nécessaire et utile, sans étouffer sous la profusion des références et des données. Cette immensité déconcertante, cet univers inépuisable, oblige à chercher une voie, à tracer un chemin. Le choix n’est pas aisé et la sélection de la spécialité est une nécessité.
    L’exclusion des autres données connexes ou complémentaires, n’élude pas la soif de connaissance ni le sentiment d’avoir écourté la quête et négligé quelque part des données et des r-enseignements qui auraient pu être utiles au sujet traité. Évidement la sélection les programmes et l’impact et les directives des professeurs sont les premiers axes et les chemins de choix. Les formations de base, scolaires, celle du collège et de l’université ne sont que les ébauches, les clefs qui demandent à ouvrir et élargir les voix et le chemin choisi. Autant se peut et chacun selon ses goûts, ses besoins, son tempérament, ses moyens et de ceux des siens, famille, institutions et pays. La patience, le temps investis, le courage et la dynamique, les contraintes acceptées sont les paramètres du succès.
    .
    LES FENÊTRES
    .
    Comment procéder alors ? C’est l’école, les copains, les maîtres et les professeurs, concurrents et gourous, qui munis chacun de son programme va vous ouvrir selon les chapitres plusieurs voies. La sélection et les contrôles aidant, l’approfondissement, les certitudes, la vérité et la justesse vont être les mieux côtés. Les meilleurs se développeront. Les autres stagneront dans l’oubli ou dans les marges ou l’exclusion. L’opportunité du travail, le travail devient une récompense.
    .
    LES TRAPPES
    .
    Selon les impératifs de demande et la production on va embaucher certains, aux dépens d’autres. Moins visibles, moins bien préparés, moins percutants. Même si elle est injuste pour les pommés et responsable de fractures sociales, cette tendance est la seule retenue. Pour des raisons d’économie, de production, d’efficacité. Cette méthode discriminatoire et démocratique en apparence, semble nécessaire et utile.

    Par delà la recherche propre de chacun dans les secteurs récréatifs, de détente et d’information, non-utile, qui les occuperont, on voit de bons éléments se perdre dans les coursives de la recherches et venir se planter à la lisière et être marginalisés. Par cet aspect ils affirment leur particularités et manifestent leur éloignement du réel, banal et dur, du strictement utile ! Les moins biens concentrés, les plus curieux, attirés par les connaissances parallèles, se perdront dans les écarts et les ravines, les labyrinthes de la connaissance. Pendant que ceux, disons-le, les plus bornés, asservis, normalisés et studieux, non-idéalistes, seront les plus opportuns. Ces derniers gagneront en réussite en embauche et en efficacité ! Ils suivront les secteurs balisés et stratifiés, dont les officiels et les industriels, les employeurs, les dirigeront indirectement ou sur recommandation(
    .
    LES PORTES
    .
    C’est un autre chapitre qui relève de la fracture sociale et des privilèges et autres passe-droits et népotisme, que nous ne soulèverons pas pour le moment, afin de ne pas nous perdre dans la pire des banalités. Celle que les rues en révolte stigmatisent en manifestant contre le pouvoir des mandarins et des caciques sclérosés, contre le système des privilèges qu’ils allouent à leurs zélotes de la nomenklatura et autres affidés embourgeoisés.

    On parle de chômage, de projet de société et de concentration des pouvoirs. Seulement pour être réalistes, le contraire du populisme des slogans revendicatifs, il y a des vérités inéluctables à prendre en considération. Le marché, la concurrence et le rendement. La demande en cadres et en cerveaux, toujours selon les besoins et selon les lois du marché, selon les compétences et les innovations, obéit aux nécessaires améliorations comme aux changements que leur dicteront le marché et les contraintes de production et de rendement.
    .
    Ainsi vont se développer ceux qui étaient les premiers. Ils ont les performances, les recettes et les secrets. Les créateurs, les novateurs et les inventeurs, ceux qui prospectent dans les marchés, les explorations, les conquêtes les colonies, les pionniers vont avoir une avancée et une exclusivité sur les autres. Privilèges qu’ils défendront pour s’y maintenir et garder les méthodes de prospection, les moyens de production, les marchés explorés, les pays clients ou asservis, là où ils ont des clients garantis. Assurément asservis ! La prise de conscience aidant, la compétition, feront que certains secteurs seront fermés, même aux plus proches des amis qui commercialement parlant sont des adversaires, les concurrents des prédateurs, qui ont peur qu’on leur vole leur savoir-faire et qu’on copie leurs brevets ou que l’on dévoie leurs clients.
    .
    SÉIDES ET ASSUJETTIS
    .
    Ainsi les pays qui ont développé les sciences et consolidé les techniques dans leurs industries vont être jaloux de leurs percées et de leur savoir…En dehors du strictement livresque, il y a pourtant d’énormes connaissances sur le Net et le Web. Pas encore les recettes pour les piles atomiques et la chimie des médicaments, peut-être ! Mais c’est l’industrie et le commerce, mondialisé sans frontières apparentes et mis à l’international, qui dictent le développement, des contrées arriérées du tiers-monde ! Ce, au gré des besoins et des délocalisations. Et ce n’est que partiellement encore que la technologie exsude ou suinte hors de ses murs ! Pas de quoi se leurrer quant au partage réel et ouvert des connaissances, entre impérialistes et colons d’hier ou les nantis et leurs clients d’aujourd’hui ! Les besoins sont créés, en fonction des richesses des pays, clients potentiels et des courses à l’industrialisation ou à l’armement, impulsées savamment par les pays fournisseurs.
    .
    LA TECTONIQUE DES STRATES
    .
    Les spécialités et les besoins techniques représentent par les coûts énormes reposent sur les sociétés les plus riches et les multinationales qui sont des réserves de savoir-faire et de financement.
    L’informatique et puis l’internet qui ont révolutionné la communication sont venus dénoncer cette optique longtemps vraie efficace et univoque. Les concepteurs du Microsoft, du Net, ont bénéficié de l’universalité de leur ouverture et des progrès, des innovations pour se créer des fortunes colossales, rapides, quasi ‘’ brutales en inventant en innovant.
    .
    CRÉER OU POURRIR
    .
    Est-ce que les jeunes chercheurs peuvent encore innover ? Ce genre de succès et de fortunes colossales, en si peu de temps, ces prouesses, ces opportunités d’affaires, si elles se basent sur l’informatique et l’ouverture des pays, la mondialisation qu’ils permettent en la faisant se mieux faire, nécessitent évidemment des progrès, du travail, un milieu favorable, comme d’une part de hasard ! Sont-ce des affaires et des questions de mutants ? On serait tenté de l’imaginer, tant cette voix n’est pas celle du travail seul, ou de la richesse comme starters ! Communication, information, sont-ce les seules voies de développement, actuellement ? Le seul horizon de progrès possible pour l’homme ? Les technologies se ramassent et s’étendent, la micronisation du matériel, son accès se font dépasser chaque jour par les plus innovants, les plus performants, les moins chers…
    Que reste-t-il dans leur pays aux plus brillants des nos jeunes ? Investir dans le « 20 Février » ou suivre les pas de papa, parallèlement à sa famille, dans son ministère ? C’est valable pour une oligo-minorité ! L’ambition de chaque pays après la 2ème guerre mondiale, fut d’acquérir le pouvoir scientifique pour dominer ou se protéger. Bien avant que ne soit répandue cette notion d’armement ou d’armes dissuasives.
    .
    LE STRUGGLE DES BLOCS
    .
    Savoir technique et vol de cerveaux. Ainsi, les scientifiques, les plus grands savants allemands de la 2ème guerre, avaient été vivement recherchés ou pourchassés à cette fin, par les pays vainqueurs, notamment les Américains et les Soviétiques. Lesquels, grâce à ce genre de rapts, ont pu rapidement développer les secteurs des fusées et du nucléaire. Depuis la chasse aux cerveaux, n’a pas cessé ! La fuite des cerveaux continue. Les plus grands ingénieurs, ceux côtés par les plus huppées et les plus onéreuses des écoles, sont des profils recherchés par les pays et les sociétés qui savent leurs valeurs et qui savent les utiliser dans leurs secteurs avancés pour pousser encore plus l’innovation, la création et consolider leur supériorité

    CIVISME UNIVERSEL : LE CITOYEN DU MONDE.

    En dehors des traditions exotiques, des particularismes dont nous nous leurrons, comme garde-fous et dont nous sommes jaloux, quelle est la place que nous gardons, en ce qui nous concerne ? Qu’est-ce que nous sauvegardons ? Qu’est-ce que nous avons perdu comme cadres qui auront tant coûté à l’État ? Évidement ces jeunes cerveaux s’acclimatent, ailleurs, dans les pays de leur formation ou de leur première embauche ! Là où ils sont rapidement insérés dans des départements équipés, bien payés, dorlotés et même mariés, pour être mieux retenus, après leurs études. Peu retournent aux pays émissaires, dont ils ont perdu les repères, malgré leur reste de familles. Des éléments rares apparaissent de temps en temps, à la tête d’une immense boîte occidentale ! Et ça fait quelque part plaisir, quand ils reviennent ici, le tir d’une hirondelle, pour remporter un marché. Ceux-là, ils ont conquis le monde qui les a conquis.

    Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 16 Juillet 2011

    http://www.libe.ma/Le-role-de-la-connaissance-dans-la-construction-de-la-personnalite_a20483.html

  32. #32 by fadi on 27 juillet 2011

    fadi :
    ربيع العالم العربيBonjour Monsieur Maalouf,
    Pourriez-vous pencher sur ce sujet ?
    كبارهم كالثعالب، صغارهم كأولاد آوى، منهم مَن يشبهون الذئاب، آخرون أقرب إلى الضباع. علامات السباع ليست على أحدهم، ميزات الكلاب لا تُلطِّف أيّ منهم، ليس فيهم أقوياء ولا أوفياء.
    هذه هي مواصفات رجال حُكم تونس بن علي. هذا ما زيّن حاكم مصر مبارك.
    أود لو أنّ ناقداً سياسياً أو رجلاً أديباً وباحثاً حراً يعمل على كشف التباين والتقارب بين الدول العربية ولبنان بين حُكّامهم وحُكّامنا، بين بن علي ووزرائه من جهة والمؤتمَنون على مؤسّساتنا وخدماتنا من جهة أخرى. بين حسني مبارك وأبنائه من جهة وأكبر كبار دولتنا وأحسنهم من جهة أخرى.
    ما أخشاه هو أن يتوقّف الفرق عند الأسماء وأن ينتميَ الجميع للعرق الواحد. القلب والظهر والصلب واحد. كما في تلك الدول، كذلك في دارنا.

  33. #33 by fadi on 27 juillet 2011

    fadi :
    suite أودّ لو أنّ أحد أخصائيي علم الاجتماع والاقتصادي يقوم بالبحث بموضوعية وبطريقة علمية ومع أرقام – لأننا في لبنان، حيث الحكومة شركة استثمارية وحيث المواطن مستهلك “زبون” – لا نستطيع الاتكال على وزرائنا في هذا العمل. لأنّ الوزير الذي لم تُدجِّنه الرشوة، والذي لا يملك أسهماً لحسابه الشخصي، وليس له علاقات صداقة، أو صلة قرابة مع أصحاب هذه المجموعات التجارية، إذا حاول (الوزير) البحث، وإن بهدف الشفافية، لَعَزَلَه زملاؤه المستفيدين من الوضع القائم، كما في قضية الكهرباء، وفي خصخصة الاتصالات والانترنت، الطرقات، الكسارات.
    هناك عبارة خاطئة تُستعمَل كثيراً عند الكلام عن عمل الوزارات وهي “هدر الأموال”. لا يعمل وزراؤنا على هدر الأموال، هذا غير صحيح، إنما بعضهم يختلس ما استطاع.
    ليتنا نعرف لأجل مَن يعمل شبابنا. مَن هم هؤلاء العمالقة حاملو حضارة الاستهلاك الى مجتمعنا؟ ما هي علاقتهم برجال الدولة والحكم في لبنان؟
    بين مجتمعات العالم، كيف يُصنّف المجتمع اللبناني؟ متمدّن، حضاري، راقي، ناشئ، فقير، رجعي؟؟؟
    كيف قيّمت جمعية الأمم المتحدة لبنان في تقريرها عن الفساد في الدول الفقيرة الذي صدر مطلع هذا العام؟
    قال؛ زار؛ هنّأ؛ استقبل؛ ردَّ؛ الوزير، النائب، الرئيس، هذه هي نشرة الأخبار بعد مقدمتهم الشعرية!!! جيد، ولكن! – أودّ لو أن صحفي حرّ يفيدنا بتقارير تحدّ من جهلنا.
    مَن ينصّ على حكّامنا مواقفهم؟ ما هي شروط الدول الصديقة في ما يخصّ تفاصيل تشكيل الحكومة. ولماذا؟ معلومات في غاية التفاهة غير جديرة بالذكر!.
    شرح أمين معلوف في كتابه “Le dérèglement du monde” الالتباس الذي ما برح يخيّم على العلاقات بين الحكومات المُستعمَرة والمستعمِرة سابقاً.
    إلتباس، لا بل انحراف، لا بل ابتزاز وقح. ما كان من قبل استعمار بحضور عسكري أصبح اليوم استعماراً بالمراسلة، “مافيا” دولية تعمل على تسهيل تسويق صناعتها وازدهار تجارتها. مارسات مشبوهة تصدر عن دول حضارية حيث حقوق الإنسان محفوظة، ولكن، غالباً ما توقفت مبادئهم الديموقراطية وأخلاقهم الإنسانية عند حدودهم الجغرافية.
    مع فائق احترامي للمحترفين من حكّام دولتنا، هذه الأخيرة التي، بفضل جيرانها وكبار أصدقائها من الدول العظمى، النفطية أو الصناعية، تُعتبر وبحقّ، دولة ذات لا سلطة ولا سيادة.
    وبفضل العقود المشبوهة والصفقات المزوّرة التي تربط عدداً من كبار دولتنا مع أصدقائنا من الدول العظمى، تفوَّق مجتمعنا بثقافة الفساد وحضارة الخداع. وليس أخطر ولا أسوء من الفساد إذا ما تفشّى في المجتمع.
    في هذا السياق أوافق قول القائل: “ليس عندنا وزراء برسم البيع إنما منهم مَن يُشترى”…
    أمل، مستقبل، اشتراكية، قومية، قوى لبنانية، أحرار، تغيّر، إصلاح، تكتّل… تعابير غنيّة المعاني في اللغة العربية، صارت فارغة الجوهر في لبنان.
    لم يكن لبنان يوماً في خطر كما هو الحال اليوم. ذلك بفضل تكتلاته الحزبية، وكأن الأحزاب في لبنان تستوحي عملها من عمل التكتلات السرطانية في جسمٍ مريض. مثلهم مثل الوحوش البرية الذين يتقاتلون للحصول على قطعة من لحم الثور المقتول، وكأن الوطن ليحيا الحزب وليس العكس!

  34. #34 by Patricia Le Foll on 28 juillet 2011

    Je souhaite que le message suivant puisse être lu par
    M. Maalouf :

    Mes élèves, américains, lisent actuellement votre livre “Les Identités Meurtrières”. Avec quelques uns des récents événements tels que les massacres du fou norvégien, l’absurdité des chefs musulmans de Somalie refusant l’aide des OGN étrangères et j’en passe… je dois dire que mes élèves ne peuvent refuser de comprendre pourquoi votre livre a été écrit. Par exemple, sur TV5 internationale, j’ai clairement entendu parler de “crise identitaire” européenne, parmi les divers commentaires concernant ce qui vient de se passer en Norvège.

    Aussi, il serait un honneur pour nous et un signe que votre santé est toujours là, bien qu’ayant besoin d’un vrai rétablissement, si vous pouviez nous parler de ces récents événements, que je viens d’évoquer, de votre point du vue.

    En tous les cas, nous vous souhaitons une meilleure santé,
    62 ans ce n’est plus grand chose aujourd’hui.

    Merci.

  35. #35 by fadi on 4 août 2011

    fadi :
    ربيع العالم العربيBonjour Monsieur Maalouf,
    Pourriez-vous pencher sur ce sujet ?

    أود لو أنّ ناقداً سياسياً أو رجلاً أديباً وباحثاً حراً يعمل على كشف التباين والتقارب بين الدول العربية ولبنان بين حُكّامهم وحُكّامنا، بين بن علي ووزرائه من جهة والمؤتمَنون على مؤسّساتنا وخدماتنا من جهة أخرى. بين حسني مبارك وأبنائه من جهة وأكبر كبار دولتنا وأحسنهم من جهة أخرى.
    ما أخشاه هو أن يتوقّف الفرق عند الأسماء وأن ينتميَ الجميع للعرق الواحد. القلب والظهر والصلب واحد. كما في تلك الدول، كذلك في دارنا.

  36. #36 by jeanne rucquoi on 11 août 2011

    cher Monsieur Après Baldassar, Léon Africain, je suis tout à fait séduite par Mani! et son jardin des Lumières, si loin des descriptions,wilkipedia sur manicheisme! qui me semble plus près des idées protestantes , comment si différent? Merci de cet autre portrait. J’espère que votre santé se remet. Jeanne Rucquoi

  37. #37 by fadi on 11 août 2011

    J”espère que M. Maalouf a jeté un œil sur mon texte, et j’aimerais trouver un jour un article, comme il sait faire, sur ce sujet.
    je sens un mal ronger le Liban, il est désormais le pays où tout n’est pas possible, mais tout se fait.

  38. #38 by Marina Chifflet on 22 septembre 2011

    Félicitations pour votre élection à l’Académie!! J’ai du retard mais je me souviens de cette semaine pendant laquelle certains députés remettaient en question la multi-nationalité! pendant ce temps là vous étiez élu à l’Académie Française. Un beau pied de nez.
    Merci pour votre oeuvre.

  39. #39 by Guven on 24 octobre 2011

    J’ai découvert Omar et Semerkent alors que mon front était encore couvert d’un épais sébum. Quel moment de bonheur ! Les robaîyat, l’amour, la pensée libre, je retrouvais, dans un français imbibé d’une essence orientale, ce que m’avait enseigné mon oncle durant mon adolescence. Je vécus la même sensation à mon entrée à l’Université, lors de la rencontre de Baldassare avec Sabbataï Zevi. Mes recherches personnelles sur notre histoire familiale m’avait mené jusqu’au “faux” messie, et c’est avec un plaisir immense que je re-lisais les péripéties du kabbaliste . Ma jeune vie d’adulte a été troublé par un profonde recherche d’identité: turcs, kurdes, chiites, grecs, turcmènes, turcs blancs, arméniens, chrétiens d’orient, séfarades convertis, et la lecture des “identités meurtières” m’a dévoilé que cette recherche masquait les “symptômes” de notre époque. Ce livre a été un tournant dans ma vie, et m’a permis de me réconcilier avec “ma-notre” culture. Depuis, ma collection de “Maalouf” attendent patiemment sur mon étagère. Récemment, j’étais à Paris. En ce moment, je reviens de Tombouctou et suis à Fès. Un grand merci pour tout.

  40. #40 by Gérald Sculion on 11 novembre 2011

    M.Maalouf,
    J,ai été bouleversé par votre “dérèglement du monde”. Il m’apparaît que cette immense réflexion sur notre monde actuel et futur est une des plus pertinente et des plus inspirante pour tous ceux et celles qui cherchent des repères et des pistes pour un monde meilleur. Merci M.Malouf pour cette contribution exceptionnelle et souhaitons que celle-ci puisse être lue par un maximun de dirigeants qui, bien souvent, n’ont même plus le temps de réfléchir avant d’agir.
    Bonne continuité,
    Gérald Scullion, Alma, Québec

  41. #41 by Marylène on 22 novembre 2011

    Je vous ai découvert dernièrement, mais quelle découverte, je crois une des plus belles dans la littérature que je vais continuer de découvrir pour trouver cette sérénité si chère!
    Bravo pour m’avoir donné ce plaisir de lire et de vous relire encore.
    Merci
    Marylène

  42. #42 by Bachir Tourdjeman on 22 décembre 2011

    Ma génération et moi , nous devons beaucoup au penseur et romancier de talent Amin Maalouf .
    Je viens de proposer des textes tirés de vos récents ouvrages à mes étudiants pour les traduire. Des textes de qualités remarquables.
    Merci Amin Maalouf
    je te souhaite bon santé et prospérité
    K.Bachir – Agadir Maroc

  43. #43 by Gaouzy on 7 janvier 2012

    Bonjour:Une grande reconnaissance pour vos travaux qui ont honoré votre pays et toute la nation arabe,en ces moments de crise dans le monde arabe avec des évènements de telle ampleur inattendue,alors est ce une nouvelle renaissance du monde arabe ? politiquement oui mais culturellement
    et scientifiquement est_il possible ? pour pouvoir dépoussiérer et renouveler notre destin?

  44. #44 by Fellaa on 25 janvier 2012

    “L’encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr.” (Proverbe Arabe)

    Dans l’attente de vous lire.

  45. #45 by Fatma on 2 février 2012

    Je vous souhaite un prompt rétablissement et une bonne continuation dans votre travail, que je qualifierait de “humanitaire”, dans le sens : très utile à l’humanité.

  46. #46 by Philippe Lagarde on 2 mai 2012

    Cher M. Maalouf,

    Dans notre rencontre littéraire de La Cité collégiale à Ottawa, je vais présenter Samarcande, et ce, après avoir grandement apprécié Les Croisades vues par les Arabes. Votre travail est très important pour nous; votre influence est grande. Bravo pour l’Académie, mais surtout bonne santé! Au très grand plaisir de vous lire.
    Cordialement,
    Philippe Lagarde

  47. #47 by Amel on 11 mai 2012

    bonjour,
    J’ai découvert récemment vos articles sur les mots voyageurs et je doit avouée qu’ils me fascine, j’ai hâte d’en découvrir d’autre. Grâce à vous je me sent plus cultivée, car je suis en terminale Littéraire et dans cette filière je trouve que les origines des mots sont bons a connaitre. Je m’en veux seulement de ne pas avoir découvert vos analyses sur ces mots plus tôt.

  48. #48 by Amel on 11 mai 2012

    Je voulais également vous poser une question, à la base je faisait des recherches. Car mon professeur de philosophie m’a posé une question, il m’a demandé si je savais pourquoi les habits des académiciens étaient verts… J’ai fait quelques recherches mais je n’est pas trouvée POURQUOI ils étaient de cette couleur. 2tant donné que vous faite parti de l’Académie, je me demandée si vous pouviez m’aider…

  49. #49 by MontLiban on 24 mai 2012

    Bonjour Monsieur Maalouf,
    Je suis trés heureuse de savoir que vous êtes en bonne santé.

  50. #50 by HAIDAR Nahla on 29 mai 2012

    Monsieur Amin,

    Vous représentez le plus attachant de nos origines. Nous vous portons dans notre coeur .
    N

  1. Pas encore de rétrolien.

Les commentaires sont fermés.