Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Les mots voyageurs – 12 – Rose


Ce qui est fascinant dans l’aventure des mots, c’est qu’il n’y a jamais de véritable commencement. On a beau remonter le fil, suivre les modifications successives, deviner les emprunts, les glissements de sens, les déformations, il y aura toujours un “avant” — nébuleux, obscur, insaisissable. On pourrait parler de l’aube des mots, et de l’aube des langues, comme on parle de l’aube des temps…

Bien entendu, on peut aussi se contenter du minimum. Rose vient du latin rosa, c’est clair, c’est évident, et il est parfaitement légitime d’en rester là. Mais si, par tempérament, ou par conviction, on se sent poussé à aller au-delà, on s’embarque pour un long voyage.

Car le terme rosa, les Romains l’ont bien pris quelque part. Sans surprise l’on apprend qu’il vient du grec rhodon, – qui est aussi à l’origine de “rhododendron”, dont le nom signifie justement “arbre à roses”. Mais l’on apprend aussi qu’à l’époque archaïque — il y a environ deux millénaires et demi — les Grecs disaient plutôt  wrodon, un nom sans doute emprunté à un très vieux terme indo-iranien qui serait wurdi, warda, ward, ou vrda.

En arabe, la rose se dit wardah, et en hébreu vered. Bien que ces deux langues soient sémitiques, elles ont manifestement puisé à la même source que le grec. On disait également warda dans la langue que parlait Jésus, l’araméen. Celle-ci fut l’une des grandes langues de  l’Antiquité,  peut-être la première à vocation internationale, puisqu’elle avait été adoptée comme langue officielle par  plusieurs empires, dont celui des Assyriens, puis celui des Perses; il est raisonnable de supposer que c’est par l’intermédiaire de l’araméen que le nom indo-iranien de la rose s’est transmis aux langues sémitiques.1

Et avant tout cela, demanderont les curieux insatiables? Certains linguistes ont une réponse, ou plutôt une théorie. Selon eux, la source première de tous ces différents noms de la rose devrait être cherchée du côté de l’hypothétique langue-mère des Indo-européens2, dans laquelle le mot wrdho signifiait “épine”, ou “ronce”. Ainsi, l’appellation originelle de la rose aurait été liée à sa capacité de nuisance plutôt qu’à sa beauté.

Ce qui me remet en mémoire cette variante subtile de l’histoire classique du verre à moitié vide et du verre à moitié plein: l’optimiste ne voit pas les épines, le pessimiste ne voit pas la rose. Mais un proverbe chinois devrait les mettre d’accord: “la rose n’a d’épines que pour celui qui voudrait la cueillir.”

  1. Le nom que l’on donne à la rose en persan moderne est gul. Malgré les apparences, les linguistes considèrent que ce mot — repris par les Turcs sous la forme gül — pourrait être issu de la même origine, par une série de mutations. Je me contente de le signaler, sans m’y attarder… []
  2. Déjà mentionnée dans mon article précédent, consacré à “Punch”, cette langue, appelée “Proto-indo-européen” et parfois simplement “Indo-européen”, est reconstruite par les linguistes à partir des différentes langues de cette famille. L’idée de base, c’est qu’il a dû y avoir un groupe originel qui aurait parlé une langue dont seraient issus à la fois le grec, le latin, le français, l’anglais, le russe, le persan, le hindi, et des centaines d’autres langues vivantes ou mortes. Il y a diverses hypothèses concernant l’époque et le territoire où aurait vécu cette population initiale. []

, ,

  1. #1 by Karim Bouamama on 6 septembre 2009

    “Origine des couleurs : objet ou abstraction”

    En lisant ce dernier article, quelques interrogations me sont apparues :

    Si les noms des couleurs “rose” et “orange” viennent d’objets concrets tels que la fleur et le fruit, les noms des autres couleurs sont-ils abstraits ?

    Qu’en est-il des noms de couleurs dans d’autres langues ?

    J’ai cherché mais j’avoue manquer d’idées.

    ps :

    Inspiré par la subtilité du proverbe cité en fin d’article, je vous en livre deux autres qui même s’ils sont plein de bon sens, vous feront sourire :

    “Si un problème admet une solution, rien ne sert de s’inquiéter. S’il n’en admet pas, s’inquiéter ne sert à rien.” Proverbe tibétain.

    ou encore :

    “La beauté est dans l’œil de celui qui regarde.” Proverbe qui me vient d’Algérie.

  2. #2 by Kenza on 8 septembre 2009

    Je vous remercie, Monsieur, pour cette porte que vous avez entrouverte, il en passe tant de lumière !
    Une lectrice assidue depuis Léon l’Africain.
    Très cordialement,
    Kenza

  3. #3 by Agnieszka on 8 septembre 2009

    Merci, Monieur Maalouf, pour cet article inspirant.

  4. #4 by walis on 9 septembre 2009

    merci Sayed maalouf

  5. #5 by Guillaume de Brébisson on 15 septembre 2009

    Quel délice de vous lire ! Je n’ai pas pu m’empêcher de suggérer aux lecteurs de L’Observatoire de la traduction de venir se régaler de votre prose si délicate.

  6. #6 by Youssef on 16 septembre 2009

    Vraiment il n’a pas eu tort celui qui vous a surnommé le magicien des mots

    Merci à vous.

  7. #7 by helenablue on 21 septembre 2009

    Magicien des mots , oui, révélateur d’âme, j’aime beaucoup ce proverbe chinois en point d’orgue de votre texte. C’est un grand bonheur que de vous lire.
    Merci.

  8. #8 by Loran on 27 novembre 2009

    Je suis un fan inconditionnel de vos mots voyageurs.
    Le nom de la rose… J’aimerais suivre aussi loin le fil de sa symbolique.
    à bientôt

  9. #9 by Hoaida on 7 janvier 2010

    Merci pour cet article, c´est une Rose que vous offrez à vos lecteurs, lectrices. C´est vraiment un plaisir de vous lire!

  10. #10 by katya on 23 mars 2010

    Monsieur Maalouf…
    votre nom Maalouf chez nous en Algérie est Malouf qui vient du mot arabe “maalouf”(habitué) c’est une musique classique algérienne héritière de la musique andalouse basée sur un système de 24 noubates
    c’est aussi le symbole du mariage des cultures occidentales et orientales dont Cheikh Raymond en est l’emblème et Hadj Mohamed Tahar El Fergani le maitre référentiel…
    A travers la musique on voyage à travers la lecture de vos livre on voyage aussi…j’ai toujours fait ce lien depuis avec vous depuis que je vous ai decouvert il y a de celà plus de vingt ans
    vous nous prenez par la main et vous nous transportez dans des mondes toujours aussi fantastiques, fabuleux,où se mele histoire,romantisme,pâssion,fiction, beauté…vos mots sont simples mais aussi puissants dans la profondeur du sens…de les croisades vues par les arabes au dérèglement du monde en passant par Samarcande, le rocher de Tanios ou les échelles du levant c”est toujours avec la même ferveur que je m’accroche à la lecture de vos ouvrages..
    je n’ai qu’un seul souhait et qu’un jour vous fouilliez le sol algérien et que vous nous ferez l’honneur d’animer un café littéraire qui se tient dans ma belle ville…
    Merci pour tous les voyages que vous nous avez offerts…
    Katya

  11. #11 by Christiane - Scapha Traductions on 10 avril 2012

    Merci pour ce blog et le travail que vous y mettez pour le plaisir de vos lecteurs. Je suis traductrice de français et adore me régaler de pièces d’art comme des vôtres…

Les commentaires sont fermés.