Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Les mots voyageurs – 6 – Égypte


Alors que, dans la plupart des régions du monde, leur pays est connu par des noms qui dérivent du grec Aígyptos, les Égyptiens eux-mêmes le désignent par un tout autre nom: Misr, souvent prononcé Masr.

L’adjectif correspondant est masri - un patronyme répandu dans l’ensemble du monde arabe. Avec de légères variantes, l’appellation de Misr se retrouve en persan, en ourdou, en hindi, en turc, en azéri, en swahili, en malais, en bahasa d’Indonésie; et aussi en hébreu, sous la forme Mitsrayim, mentionnée dans la Genèse, sans doute la plus ancienne appellation sémitique, et dont la traduction littérale semble être “les deux détroits” – peut-être par référence aux deux royaumes de haute et de basse Égypte.

Le mot arabe misr est employé, quant à lui, comme un nom commun, désignant “une contrée”, avec une nuance d’éloignement. Dans le parler égyptien, Masr ne désigne pas seulement le pays, mais également sa capitale; “du Caire à Alexandrie” se dit “min Masr lil-Iskandariyah”; le nom officiel de la métropole, al-Qahira, ne s’utilise qu’à l’écrit, ou dans un contexte plus formel.

Terre rouge, terre noire

Dans l’Égypte pharaonique, on appelait le pays Kemet, “terre noire”, c’est-à-dire fertile, un nom qui s’est perpétué dans la langue copte sous la forme Kîmi, et que les premiers textes grecs avaient repris sous la forme Khemia. Il n’est pas impossible, d’ailleurs, que cette très ancienne appellation grecque de l’Égypte soit à l’origine de cet autre mot voyageur, alchimie, qui a fait un détour remarqué par le monde arabe. J’y reviendrai… Dans la langue des pharaons, le terme “kemet” s’opposait à celui de “deshret”, qui voulait dire littéralement “terre rouge”, et qui désignait le désert.1

Ce sont les Grecs qui ont attribué au pays son nom le plus célèbre, Aígyptos, qui allait être repris dans d’innombrables langues. Ce nom lui-même proviendrait de Hi-ku-Ptah, appellation d’un temple dédié au dieu Ptah dans la ville de Memphis, l’une des plus importantes métropoles de l’Égypte ancienne, dont les ruines se trouvent dans les environs du Caire. Ainsi, le nom de ce temple aurait fini par désigner la ville elle-même, avant de s’étendre au pays tout entier.

A partir des noms de l’Égypte, il y a eu de nombreux dérivés. Les uns justifiés, comme “copte”, les autres pas, tel “gypsy” en anglais, “gitan” en français, ou “gitano” en espagnol, qui désignent les Roms, dont on supposait à tort qu’ils étaient venus des bords du Nil.

Au Liban, le mot misrîye, que l’on utilise presque toujours au pluriel, sous la forme de massâri ou de misriyêt, désigne familièrement l’argent – au sens de “richesse”, ou de “monnaie”. Une appellation qui semble remonter au dix-neuvième siècle, lorsque le pays fut brièvement occupé par les troupes du vice-roi d’Égypte, et que des pièces égyptiennes furent mises en circulation. Pourquoi, de toutes les unités de monnaie que le pays a connues à travers son Histoire, n’a-t-on gardé que le souvenir de ces “égyptiennes”? Je l’ignore…

En Égypte même, pour exprimer cette même idée d’argent, on utilise le mot “flouss”, pluriel de “fels”, une petite unité de  monnaie. Cet emploi  familier de “flouss” se retrouve dans divers autres pays arabes – et aussi, quelquefois, en France, sous la forme argotique de “flouze”, importée du Maghreb au temps des colonies.

  1. Certains avancent que le mot latin desertum pourrait avoir son origine dans le deshret de l’Égypte ancienne. Je le signale à tout hasard, même si je n’ai vu, jusqu’ici, aucune démonstration convaincante. []

, ,

  1. #1 by Yosr on 16 août 2009

    C’est bon à savoir!

    Il y a aussi le cas contraire, celui de pays Européens nommés différemment par les Arabes, comme la Hongrie ou l ‘Autriche appelés, respectivement, “Almajar” et “Namssa” … mais je ne sais pas s’il s’agit du même raisonnement…

    Quant au mot “flouss” parmi les pays arabes qui l’utilisent il y a, outre l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

  2. #2 by Fayçal on 17 août 2009

    Pour la Hongrie,les Arabes l’ont nommée el Majar en reference a l’ethnie majoritaire qui sont les magyars, quant au terme Hongrois, il designe tous les habitants du pays en faisant abstraction de leur origine. Il ya meme eu une revolte des Magyare au 19 siecle menée par un certain khossuth contre l’empire Austro-Hongroi des Habsbourgs.Quant à l’Autriche l’origine du mot est Russe “Niamiensky” qui signifie Allemand. salam

  3. #3 by Yassine Benajiba on 30 novembre 2009

    Merci Faycal, je suis tres interesse a trouvere l’etymologie de bcp de mots qu’on utilise dans le dialecte Marocain, mais je ne sais pas par ou en commencer, y a t il des ressources pour ca?

  1. Pas encore de rétrolien.

Les commentaires sont fermés.