Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Les mots voyageurs – 10 – Table


Au Liban, l’un des jeux les plus populaires est la “tâwleh”, qu’en français on appelle “trictrac” ou bien “jacquet”, et qui est connu aujourd’hui dans le monde entier sous le nom de backgammon. Tâwleh est le mot local usuel pour “table”; en arabe littéraire on dit tâwilah, un mot très probablement d’origine latine, étant donnée sa ressemblance évidente avec tabula.

Ce dernier mot, qui a donné “table” et divers mots similaires dans de nombreuses langues, n’a pas toujours désigné le meuble à quatre pieds que nous connaissons aujourd’hui; pour celui-ci, les Romains disaient plutôt mensa, que l’on retrouve dans l’espagnol mesa, et aussi dans le mot français “commensal”, peu usité, et qui désigne une personne qui mange et boit à la même table qu’une autre. L’équivalent en arabe de commensal est nadim, également peu usité de nos jours en tant que nom commun, mais répandu en tant que prénom.

Tabula, en latin classique, désignait plutôt une planche de bois servant à des inscriptions, ou à des jeux; un sens que l’on retrouve en français dans “les Tables de la loi”; et aussi dans le mot “tablier”, qui désigne toute surface plane utilisée pour un jeu – échecs, tric-trac, ou autre. Du temps de l’Empire romain, le plus populaire de ces jeux, celui auquel l’empereur Claude aurait consacré un traité – aujourd’hui perdu -, s’appelait justement tabula. De ce fait, lorsque ce mot était prononcé dans la Rome antique, c’est au jeu que l’on pensait, pas au meuble. On dit que Néron a gagné des fortunes à ce jeu; j’imagine que ses courtisans auraient pris de gros risques en le faisant perdre.

Tout porte a croire que le jeu se pratiquait dans l’Antiquité et au Moyen-âge de la même manière  que de nos jours. Dans un traité espagnol du treizième siècle, le Libro de los juegos, on trouve une illustration d’un jeu dit todas tablas, où la disposition des pièces est identique à celle de la tâwleh moderne. (voir l’illustration ci-dessus).

On sait que ce jeu connut un immense succès en Angleterre, au point que Richard Coeur-de-lion voulut l’interdire à ceux qui n’appartenaient pas à la noblesse; et au point que le cardinal Wolsey ordonna en 1526 de détruire les tables de jeu, et de punir ceux qui s’adonnaient à ce “vice”. Selon une légende fort répandue, ce serait en raison de cette persécution que l’on remplaça les jeux sur tables fixes par des jeux pliables et portables, que l’on pouvait prendre sous le bras et dissimuler en cas de danger. C’est sans doute ce qui explique qu’un tel “objet de perdition” apparaisse en 1562 dans le tableau de Bruegel l’Ancien intitulé “Le triomphe de la Mort” (voir ci-après, tout en bas du tableau, à droite).

A l’époque, on ne disait pas encore “backgammon”, nulle part; ce mot n’apparaît qu’au milieu du dix-septième siècle; jusque-là, les Anglais eux-mêmes connaissaient ce jeu, comme le reste du monde, sous le nom de “tables”.

, ,

  1. #1 by Fadi Abillama on 1 septembre 2009

    Merci pour ce mot voyageur de plus.
    Pourriez-vous nous parler un jour de l’origine du mot mezzé, cette si fameuse table de hors-d’oeuvre servie en Orient, mot dont la consonnance fait justement penser à la mesa, la table? Vient-il de mesa, ou son origine est-elle autre?
    Et à propos de table, si vous aimez la nourriture japonaise, vous aurez sans doute goûté les tempura. Leur nom viendrait du portugais “tempero”, littéralement assaisonnement. D’après ce que j’en ai entendu, cette friture serait entrée au Japon par l’intermédiaire des portugais.
    Plusieurs d’entre nous espèrent que vous avez encore une grande provision de mots voyageurs à nous servir..

  2. #2 by rawad on 1 septembre 2009

    Un article tres interessant, comme toujours.
    J’imagine qu’il serait interessant aussi de mentionner la “figue de barbarie” un nouveau mot-fruit voyageur.

    Originaire du Mexique, ce fruit serait introduit par les espagnols au Maghreb: il est surnommé alors Karmouss Nssara qui veut dire « Figue des Chrétiens ». En france il retrouve l’appellation ‘figue de barbarie’ alors qu’en Italie c’est fico d’india (Figue d’Inde). Tout cela pour un fruit qui n’a rien a voir avec la figue…

    J’ai l’impression qu’aucun peuple n’a voulu revendiquer la parenté (du moins, pour le nom) de ce fruit pourtant tres bon !

    Notons qu’au Liban il est appelé ‘sobbeir’, peut etre en relation avec la patience ?

  3. #3 by Fayçal on 3 septembre 2009

    Salam
    Encore un fruit de mon enfance,dans la region d’ou je viens (vers l’ouest algerien ) ce fruit est effectivement appelé “karmous nssara” le figuier des chrétiens comme l’a brillament expliqué rawad; il est meme parfois appelé “nassrania” chrétieneté ou christianisme je ne sais pas;mais souvent on se contente de dire “karmousse” qui veut dire figue.Alors que la figue est appelé “horra” libre,ou “bakour” ou bien encore “chatwi” hivernal.Pour le “sobbeir” au Liban,je pense à mon humble avis que ça vient de “sabbar” qui veut littéralement dire Cactus. Wa Salam

  4. #4 by Fayçal on 3 septembre 2009

    Re-salam
    question: est ce que vous pensez qui’il ya un rapport-meme lointain- entre messa(table en espagnol) et Ma’ida(table en arabe).Merci

  5. #5 by Yosr on 3 septembre 2009

    Concernant le jeu “tâwleh”, en Tunisie on l’appelle “Chich bich”, mot composite…

    Pour la “figue de barbarie”, je viens de découvrir, grâce à Rawad, que notre appellation ressemble à celle des italiens puisque chez nous son nom est “hindi” !! En relation, j’imagine, non avec l’Inde mais avec les indiens d’Amérique, puisque l’origine est mexicaine… ce fruit serait très probablement une variante du cactus ( d’où l’appellation libanaise de ce fruit ’sobbeir’ )!
    Tout cela n’est que pures suppositions … on a bien appris à travers ce blog que les apparences des mots est bien trompeuse!! :)

  6. #6 by Amin Maalouf on 3 septembre 2009

    Merci, Yosr, pour l’information concernant la Tunisie… Cordialement. AM

  7. #7 by Amin Maalouf on 3 septembre 2009

    Pour “mesa” “mezze, “ma’ida”, et pour la “figue de Barbarie”, je continue à chercher…
    Amitiés à tous,
    AM

  8. #8 by Yosr on 4 septembre 2009

    Tout le plaisir est pour moi! :)

  9. #9 by Karim Bouamama on 5 septembre 2009

    Réminiscences et découvertes. Merci Fadi, Fayçal, Yosr et Rawad !

  10. #10 by Dadi on 6 septembre 2009

    Il existe aussi la Kharebga, en Algérie sûrement, et je crois même en Tunisie. Une sorte de variante du Backgammon, joué surtout des par des hommes d’un certain âge, allongés sur des terrain vague en fin d’après midi nottemment dans les villes intérieures , avec des cailloux et la “tawilah” dans ce jeu là est un schema dessiné directement sur la terre.

  11. #11 by Yosr on 7 septembre 2009

    @ Dadi: Effectivement la Kharbga est jouée aussi en Tunisie… mais elle ne ressemble pas du tout au Backgammon… Dans ce jeu, le gagnant est celui qui réussit le premier à aligner dans une sorte de grille ( enfants, on la dessinait avec de la craie sur du ciment) ses trois pierres! Ces pierres ont été changées par des croix et des ronds et le jeu s’appelle en français “morpion” ou “tic-tac-toe” . Le “tic tac” serait, peut-être, une onomatopée qui reprendrait le son des petites pierres qui s’entrechoquent dans la main du joueur!
    Quant à l’origine de ce jeu j’en ai aucune idée… d’instinct je dirais berbère… mais mon instinct n’a rien d’une recherche scientifique! :) )

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tic-tac-toe_(jeu)

  12. #12 by Karim Bouamama on 8 septembre 2009

    “Nazaréens puis chrétiens”

    Un mot intéressant que vous, Rawad et Fayçal, évoquez dans vos posts : “Nssara”, en parlant de la figue de Barbarie (Karmous nssara).

    Prononcé “Nssara” dans le parler algérien ou “An-Nassara” النصارى en arabe littéral, le mot désigne les chrétiens. Cependant, le mot en lui-même veut dire les Nazaréens, référence à Nazareth, en arabe الناصرة (an-Nāṣira), ville du nord d’Israël. C’est la ville où “Jésus de Nazareth” – connu comme Jésus-Christ chez chrétiens ou le prophète Jésus chez les musulmans – passa son enfance.

    Nazaréens fut le premier nom par lequel les chrétiens se désignaient. D’ailleurs dans les représentations de Jésus crucifié, on trouve parfois l’inscription “INRI”. C’est l’acronyme d’une expression latine “Iesus Nazarenus Rex Iudæorum” et qui veut dire “Jésus le Nazaréen, roi des Juifs”. Cette inscription fut l’acte d’accusation par lequel les romains condamnèrent Jésus, et l’apposèrent sur sa croix.

    Le terme “chrétien” n’apparaît que plus tard, et ne fut utilisé, progressivement, par les chrétiens eux-même qu’à partir du début du 2eme siècle. Chrétien vient du latin christianus qui vient du grec χριστιανός (christianos) et veut dire “messien” ou compagnon du Messie. Dans la langue de Jésus l’araméen, cela donne mšiyayé (pluriel).

    En arabe, il y a un autre mot, plus correct, pour désigner les chrétiens et que les arabes chrétiens utilisent eux-même pour se désigner c’est مسيحيون massihiyoun. Massihiyoun lui aussi fait référence au Messie, en arabe المسيح el Massih.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nazareth
    http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9sus_de_Nazareth
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jud%C3%A9o-nazar%C3%A9isme
    http://fr.wikipedia.org/wiki/INRI

  13. #13 by Karim Bouamama on 8 septembre 2009

    “Entre complexe d’infériorité et humour”

    Il y a en Algérie une expression “An-Nssara wesh idirou!.”

    Littéralement, elle veut dire “Les chrétiens de quoi ils sont capables! ” mais qu’il faut comprendre comme “Qu’est-ce qu’ils sont forts ces Occidentaux !”

    Cette expression, on l’utilise chaque fois que les Occidentaux (au sens large, japonais inclus) font une trouvaille scientifique, réussissent un exploit technique (marcher sur la Lune) ou lancent le dernier modèle révolutionnaire de téléphone portable.

  14. #14 by Adi Marin on 18 octobre 2009

    Actualité du backgammon en ligne, la liste des meilleures salles de backgammon en lignes, conseils et articles de stratégie au backgammon pour les joueurs Français souhaitant améliorer leur jeu de backgammon et gagner au backgammon en ligne

  15. #15 by Karim Bouamama on 6 janvier 2010

    CORRECTION.

    “Nazaréens puis chrétiens”

    Un mot intéressant que vous, Rawad et Fayçal, évoquez dans vos posts : “Nssara”, en parlant de la figue de Barbarie (Karmous nssara).

    Prononcé “Nssara” dans le parler algérien ou “An-Nassara” النصارى en arabe littéral, le mot désigne les chrétiens. Cependant, le mot en lui-même veut dire les Nazaréens, référence à Nazareth, en arabe الناصرة (an-Nāṣira), ville du nord d’Israël. C’est la ville où “Jésus de Nazareth” – connu comme Jésus-Christ chez chrétiens ou le prophète Jésus chez les musulmans – passa son enfance.

    Ainsi, dans les représentations de Jésus crucifié, on trouve parfois l’inscription “INRI”. C’est l’acronyme d’une expression latine “Iesus Nazarenus Rex Iudæorum” et qui veut dire “Jésus le Nazaréen, roi des Juifs”. Cette inscription fut l’acte d’accusation par lequel les romains condamnèrent Jésus.

    Le terme “chrétien” n’apparaît que plus tard, et ne fut utilisé, progressivement, par les chrétiens eux-même qu’à partir du début du 2eme siècle. Chrétien vient du latin christianus qui vient du grec χριστιανός (christianos) et veut dire “messien” ou compagnon du Messie. Dans la langue de Jésus l’araméen, cela donne mšiyayé (pluriel).

    En arabe, il y a un autre mot, plus correct, pour désigner les chrétiens et que les arabes chrétiens utilisent eux-même pour se désigner c’est مسيحيون massihiyoun. Massihiyoun lui aussi fait référence au Messie, en arabe المسيح el Massih.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nazareth
    http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9sus_de_Nazareth
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jud%C3%A9o-nazar%C3%A9isme
    http://fr.wikipedia.org/wiki/INRI

  16. #16 by Malouma on 19 janvier 2010

    Bonsoir,

    Je découvre ce site, c’est un puits d’histoires! Et que de souvenirs de figues de barbarie, “hindia” comme on les appelle au nord est du Maroc. Ce fruit à l’aspect rebutant est pourtant si savoureux.

    Merci à tous pour ce voyage et tous les autres que j’épluche avec délectation.

    Malouma

  17. #17 by fayçal on 30 janvier 2010

    paix à tous,
    nazareth est une ville du nord de la palestine occupée et non d’israel.

  18. #18 by Hoaida on 3 février 2010

    A Tétouan (nord du Maroc) on l´appelle Missa, comme en langue espagnol Mesa, je crois que ça vient de l´epoque de la colonisation espagnole au Maroc ou bien plus ancien que ça de l´epoque d´Al Andalus. Tétouan est l´une des villes où se sont installées les familles moresques après leur expulssion de l´Espagne. Merci à tous.

  19. #19 by Hoaida on 3 février 2010

    A Tétouan (nord du Maroc) on designe table par le mot Missa, ça rappelle Mesa comme en langue espagnole. je crois que ça vient de l´epoque du protectorat espagnol au nord du Maroc dont Tétouan fut la capitale, ou bien plus ancien que ça; de l´epoque d´Al Andalus. Tétouan est l´une des villes du royaume où s´étaient installées les familles moresques après leur expulssion de l´Espagne. Merci à tous.

  20. #20 by Joseph Berbery on 4 juillet 2010

    Autre sujet. Originaire du Liban, je vis au Canada depuis plus de 40 ans. J’ai constaté que beaucoup de Canadiens Français (Québécois) sont originaire du Poitou dont la capitale est Poitiers où Charles Martel aurait arrêté l’avance des Arabes.

    Il existe à Montréal une nombreuse famille nommée Bourassa. Souvent, dans ma petite tête, je m,amusais à relier Bourassa à «Abourassa», arabisant ainsi un nom typiquement québécois.

    Quelle ne fut pas ma surprise, il y a quelques semaines, d’apprendre d’une dame appartenant à cette famille que, de fait, elle était d’ascendance arabe ou berbère, que ses ancêtres avaient traversé le détroit de Djebel Tareq, l’Espagne, et une partie de la France pour s’établir au Poitou où avec le temps, ils se sont convertis au christianisme.

    Plus tard, leurs descendants sont partis s’établir en Nouvelle France.

    Et c’est ainsi que le fondateur du journal le plus prestigieux publié en langue française (Henri Bourassa), ainsi qu’un brillant premier ministre du Québec (Robert Bourassa) seraient de lointaine ascendance arabe ou berbère.

  21. #21 by danielle saint hilaire on 29 août 2011

    La table, synonyme de planche de bois :dressée sur tréteaux au moment des repas, ancêtre dès le moyen âge, de nos tables de salle à manger, d’où l’expression, “dresser la table “mettre la table ” qui a évolué vers là mise du couvert sur le meuble de salle à manger…on pourrait également chercher d’où vient le mot “couvert” …dans une prochaine rubrique…tout comme vous mon cher Ami(n), que j’ai eu le grand plaisir et privilège d’avoir à ma table!

  22. #22 by danielle saint hilaire on 29 août 2011

    revenons à table, synonyme de planche de bois:
    on la dressait sur tréteaux au moyen âge d”où l’expression de “dresser la table ” ou “mettre la table”, qui par extension est devenu synonyme de “mettre le couvert”, couvert qui vient de……….à une autre fois!

  23. #23 by danielle saint hilaire on 29 août 2011

    danielle saint hilaire :
    La table, synonyme de planche de bois :dressée sur tréteaux au moment des repas, ancêtre dès le moyen âge, de nos tables de salle à manger, d’où l’expression, “dresser la table “mettre la table ” qui a évolué vers là mise du couvert sur le meuble de salle à manger…on pourrait également chercher d’où vient le mot “couvert” …dans une prochaine rubrique…tout comme vous mon cher Ami(n), que j’ai eu le grand plaisir et privilège d’avoir à ma table!

    danielle saint hilaire :
    La table, synonyme de planche de bois :dressée sur tréteaux au moment des repas, ancêtre dès le moyen âge, de nos tables de salle à manger, d’où l’expression, “dresser la table “mettre la table ” qui a évolué vers là mise du couvert sur le meuble de salle à manger…on pourrait également chercher d’où vient le mot “couvert” …dans une prochaine rubrique…tout comme vous mon cher Ami(n), que j’ai eu le grand plaisir et privilège d’avoir à ma table!

  24. #24 by danielle saint hilaire on 29 août 2011

    danielle saint hilaire :
    revenons à table, synonyme de planche de bois:
    on la dressait sur tréteaux au moyen âge d”où l’expression de “dresser la table ” ou “mettre la table”, qui par extension est devenu synonyme de “mettre le couvert”, couvert qui vient de……….à une autre fois!

Les commentaires sont fermés.