Version imprimable Version imprimable Faire suivre à un ami Faire suivre à un ami

Le blog, une liberté, une servitude


Quelques amis m’ont incité à tenir ce journal en ligne ; d’autres ont cherché à m’en dissuader.  Les uns m’ont expliqué qu’il fallait avoir de nos jours un espace où l’on puisse s’exprimer en toute liberté, en toute sérénité, réfléchir quelquefois à voix haute, suggérer à ses visiteurs la lecture d’un livre ou d’un article. Les autres m’ont prévenu que j’ouvrais ainsi une boîte de Pandore que jamais plus je ne pourrais refermer; que ce n’était point une liberté que je m’octroyais ainsi, mais une servitude. A ce “blog” je serais, disent-ils, enchaîné désormais pendant des heures chaque jour.  Au moment où je me jette à l’eau, je ne sais toujours pas à qui de mes amis je donnerai demain raison et à qui je donnerai tort. Cet outil me séduit et m’effraie à la fois, et je nourris encore l’illusion de pouvoir m’en servir sans me laisser asservir.

, ,

  1. #1 by Fadi Abillama on 18 juillet 2009

    Et si cette supposée servitude portait en elle l’économie d’une autre, celle de la réponse individuelle à tant de commentaires ou de questions? Loin d’un asservissement, c’est un merveilleux service offert à la communauté de vos lecteurs, qui souhaitent partager points de vue, opinions et images sans pouvoir s’adresser directement à vous. Grand merci pour ce blog tant attendu!

  2. #2 by Karim Bouamama on 18 juillet 2009

    “Un blog d’Amin Maalouf”, je confesse, en tombant dessus je fus sceptique. Chez moi, s’agissant d’internet c’est un réflexe : je fronce les sourcils et je mets en doute !
    Est-ce bien Amin Maalouf ? Et puis un blog, ça lui ressemble si peu !
    Cet écran d’ordinateur n’est-il pas tantôt une fenêtre donnant sur le monde, tantôt un “écran” séparant le monde réel, d’un autre virtuel, voire irréel.
    Je me mets à lire empressement le contenu du blog. Sur internet, on lit vite, très vite, en diagonale même. On n’a pas le temps et on n’aime pas se faire abuser… ou pas longtemps. Et puis, peu à peu, je lis plus lentement, avec application et je me dis : “ça pourrait être du “Maalouf”. Ça y ressemble !”
    Peu à peu, je souris. Et tout à fait égoïstement, je me dis : un blog d’Amin Maalouf, c’est génial ! Egoïstement, car j’ai pensé à mon propre intérêt autant que lecteur, Le “blogueur” y trouvera-t-il son compte ?
    Un blog, quelque chose de vivant et de dynamique. Une multitude de thèmes abordés, des débats. En parcourant, les textes je reconnais l’écrivain. Mais du fait de la nature même du “blog”, je reconnais aussi le journaliste. Ah, il est revenu à ses premiers amours ! Ainsi, ça lui ressemble !
    Et là, je me rends compte qu’il est maladroit, de vouloir séparer les fonctions. Il y a interaction. L’homme est journaliste. Il est écrivain. Il est les deux à la fois et chaque exercice se nourrit de l’autre. Le blog, n’est là que pour servir de support. Un support de plus, un outil, nécessitant quelque adaptation, sans y perdre son âme, ni son latin.
    Ainsi, cher blog bienvenue à toi ! N’oublie pas tu n’es qu’une feuille dont l’encre jamais ne sèche ! Aussi ton rôle, n’est pas de tacher, mais de dessiner les contours d’une expérience enrichissante pour tous ceux qui te liront ou t’écriront.
    Bienvenue à vous, M. Maalouf ! Bienvenue chez vous !

    Karim Bouamama.
    Webmaster de “Amin Maalouf Website”.

  3. #3 by LnddMiles on 26 juillet 2009

    The best information i have found exactly here. Keep going Thank you

  4. #4 by Éric Stephenson on 14 août 2009

    M. Maalouf,
    merci pour ce blogue… qui rend bien accessibles et bien ponctuelles vos idées au sujet du quotidien. Qu’on le perçoive comme une liberté ou une servitude, je n’en sait rien… pour moi, c’est me permettre d’accéder aux réflexions d’un penseur important du XX1e siècle.
    Merci de contribuer à la blogosphère francophone.
    Éric

  5. #5 by Hind on 17 janvier 2010

    Je remercie vos amis qui vous ont conseillé ce blog… quel bonheur de vous lire en attendant que je trouve vos trois derniers romans…

  6. #6 by fadi on 1 mai 2011

    Bonjour
    J’ai à peine parcouru votre blog, je ne suis pas un grand lecteur. je lis rarement les livres en entier, j’ai découvert Amin Maalouf avec “Le Rocher de Tanios” que j’ai lu en entier, cela a confirmé mes convictions sur la guerre au Liban (et pas du Liban). Ensuite je me suis procuré “Léon l’africain” que j’ai lu facilement. j’aime beaucoup le style de narration et de l’analyse indirecte de l’Histoire, à travers des petites histoires de petites gents.
    Je n’ai pas pu terminer “Les Identités meurtrières”.
    Je viens de finir la lecture de “Le Dérèglement du Monde”. Épatante vision prémonitoire de ou des situations des peuples arabes. je l’ai recommandé à tous mes amis et contacts. j’aimerais que ce livre soit traduit en anglais et en arabe aussi.
    Je félicite le Liban pour ce que tu es, et l’Humanité pour ce que tu fais.
    Fadi AYOUB

  7. #7 by Sylvain Métafiot on 4 août 2011

    Bonjour,

    Découvrant tardivement votre blog Mr Maalouf, il me tarde de le parcourir minutieusement pour découvrir la richesse de votre pensée a priori merveilleusement érudite.

    Au bonheur de vous lire.

  1. Pas encore de rétrolien.

Les commentaires sont fermés.